CHARGEMENT

Type à Chercher

ESCALE DE LA FONDATION ABBE PIERRE AU PRINTEMPS DE BOURGES

Partager

Du 24 au 29 avril de cette année a eu lieu le Printemps de Bourges. Toute une semaine durant, la ville se transforme en un immense festival : outre les concerts programmés, les bars et les restaurants proposent également des animations. A chaque coin de rue on entend de la musique de tous les styles, de tous les goûts. Le Printemps de Bourges, c’est quand même un événement qui date de 1977, donc autant dire que c’est l’un des plus anciens de France. Je suis sûre que beaucoup d’entre vous ont eu déjà l’envie d’y aller une fois dans leur vie (je me trompe ?), et cette année, j’ai eu la chance d’y participer, en tant que bénévole pour la Fondation Abbé Pierre, association partenaire du Printemps. Retour sur cette expérience. 

L’ABBE ROAD, tu connais ? 

La Fondation Abbé Pierre, reconnue d’utilité public en 1992, a pour objectif de permettre à toutes personnes défavorisées d’accéder à une vie et un logement dignes. Elle lutte pour que chacun puisse avoir un toit et contre toutes les formes d’injustice et de discrimination dans le logement. Depuis 2008, la Fondation Abbé Pierre sillonne la France afin d’aller à la rencontre des jeunes (18-35 ans) pour les sensibiliser au mal logement. Parce que, mine de rien, ils font parmi des premières victimes du mal logement en France. En 2014, une opération propre à cette campagne de sensibilisation est créée : la tournée Abbé Road. 

Le contexte est simple : le bus jaune de la FAP se gare à l’entrée/dans les festivals, et notre objectif à nous, bénévoles, c’est de donner envie aux festivaliers d’y entrer. A l’intérieur : un taudis recrée. Le bénévole explique en quoi c’est un logement insalubre, puis les visiteurs sont invités dans la deuxième partie du bus où ils peuvent échanger entre eux et/ou avec les bénévoles s’y trouvant. En 10 minutes à peine, on a eu le temps de leur dire ce qu’on avait à leur dire, et on espère secrètement que ça aura un peu changé leur état d’esprit

En général, les gens étaient plutôt réceptifs. Je ne dis pas les jeunes car cette année était un peu particulière : le Printemps de Bourges n’est pas un « festival » à proprement parlé, il n’y a pas de terrain délimité spécialement pour l’événement. Les concerts sont un peu éparpillés dans tout Bourges (throwback sur mon petit sprint pour ne pas manquer le concert de Lomepal à 15 minutes à pieds de l’emplacement du bus). Ce qui fait qu’outre les festivaliers, il y avait également des passants, ne participant pas aux concerts, des familles, etc. C’était d’ailleurs assez intéressant : nombre des jeunes ayant visité le bus ne s’attendaient pas à y trouver un logement « aussi » insalubre, alors que les adultes, pour la plupart, nous disaient « avoir connu pire que ça ». C’était intéressant d’entendre les témoignages de passants, même s’ils y en a eu des poignants. En l’espace de 10 minutes, les langues se déliaient, et on entrait dans l’intimité des gens avec une facilité qui m’a laissé sans voix les deux premiers jours. Puis, finalement on s’y habitue : on apprend à écouter. 

Le bus Abbé Road a déjà participé à une trentaine de festivals. Parmi eux : Garorock, Les Vieilles Charrues, Rock en Seine, Reggae Sun Ska. On a d’ailleurs rencontré pas mal de festivaliers nous ayant dit qu’ils nous avaient vu à tel ou tel festival. 

Pour les chiffres, j’ai ceux de 2017 : 21 038 km parcourus et 61 000 festivaliers ayant visité le bus Abbé Road (on tournait cette année à environ 500 personnes par jour !). 

Conclusion ?

Une expérience enrichissante ! Je ne parlerais pas de mes deux derniers jours, malade comme un chien (merci la météo de Bourges), mais des premiers, où j’ai rencontré des gens formidables, aussi bien les bénévoles que les passants. C’était, mine de rien, fatiguant, le rythme était soutenu, mais ça valait le coup. Et le soir, ou même pendant les pauses, on a pu (re)découvrir des artistes aussi différents les uns que les autres.

En parlant des bénévoles, un grand nombre d’entre eux avaient déjà participé à d’autres tournées Abbé Road avant : militants adorant partager et échanger avec les gens, le bénévolat leur permet tout ça. Et faut dire que la Fondation Abbé Pierre prend bien soin de nous. Une des bénévoles, Audrey, a bien voulu me faire part de son expérience. Comme moi, c’était la première fois qu’elle participait en tant que bénévole. Elle me confie qu’elle a voulu tenter le bénévolat pour la cause défendue par la Fondation. « Pouvoir se loger, est à mon sens, une condition fondamentale pour l’être humain, aussi importante que celle de pouvoir se nourrir. C’est l’occasion aussi de travailler tout en étant dans une ambiance festivalière. On allie la sensibilisation à l’agréable. »

Un Printemps dans la Ville 

Le concept du Printemps de Bourges est hyper cool ! C’est le premier festival de l’année (avril), suivi par beaucoup d’autres. On a l’impression d’être à une kermesse géante, voire mieux, à une Fête de la musique durant une semaine. Il y avaient les concerts, mais aussi des stands de nourriture, d’habits, de cosmétiques. Des magiciens à chaque coin de rue, des artistes. Difficile d’aller à un point A à un point B sans s’arrêter devant un stand (notamment celui de cornets de saucissons qui nous faisaient de l’oeil … avis aux amateurs). Les festivaliers étaient cools, sans prises de têtes, et il n’y a pas eu de débordements. Concernant les artistes, la prog était vraiment pas mal : pour les amateurs de rap, Orelsan, Damso, Lord Esperanza, Lomepal, … Le vendredi soir, Synapson, Polo & Pan, Shaka Ponk, Feder, … Le samedi, c’était essentiellement électro, avec, entre autres, Amelie Lens, Boris Brejcha, Clément Bazin, … Même le temps ne nous a pas empêchés d’apprécier nos journées (ou pas). 

Au final, ça ne me dérangerait pas de réitérer l’année prochaine. Etre bénévole à un festival permet de voir « l’envers du décor », et d’apprécier d’une manière différente. En plus, tu as accès à tous les concerts gratuitement, quoi de mieux ?? 

Si tu veux en savoir plus sur la Fondation Abbé Pierre c’est par là 

Etre bénévole, par ici 

Le Printemps de Bourges, c’est tous les ans alors regarde bien leur site 

Tags:

Vous aimerez aussi

X