fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

FESTIVAL SANG RANCUNE – ET SI ON CHANGEAIT LES RÈGLES ?

Partager

La nuit du 10 au 11 mars 2017, le collectif féministe Insomnia effectue une action coup de poing : colorer les fontaines de Paris en rouge, afin de sensibiliser le public sur le tabou des règles. A cela s’ajoute des draps, sur lesquels le collectif a peint des slogans, des phrases, accrochés près des fontaines. Dans un communiqué, Insomnia expose des revendications politiques, physiques et financières autour du sujet. Ces femmes veulent mettre à jour le « problème des règles », qui n’en est pas un pourtant, mais perçu comme tel.



Collectif Insomnia 10.03.17

Tout au long de l’Histoire, les règles ont souvent été un sujet tabou, provoquant le dégoût pour la majorité des hommes, mais aussi pour certaines femmes. Le collectif résume bien la situation en expliquant l’année dernière : « Ce n’est pas la violence qui fait couler le sang menstruel, et pourtant sa seule évocation peut dégoûter. On évite de le nommer, de le montrer, d’en parler. Honteuses de leur corps dès l’adolescence, les femmes se sentent continuellement obligées de les cacher ». A cela s’ajoutent leurs revendications concernant la taxe sur les protections hygiéniques. Qui ne s’est jamais indigné.e face à leur coût excessif ? Ce tabou et cette stigmatisation des menstruations peuvent avoir des impacts importants sur la santé gynécologique. Pour aller plus loin, une étude de l’UNICEF déclara même qu’ « une mauvaise hygiène menstruelle peut affecter le taux de fécondité. Les conséquences des infections spécifiques, ainsi que les voies de transmission des maladies infectieuses restent cependant mal connues. Ces infections peuvent conduire à des handicaps divers si elles ne sont pas traitées dès leur apparition ». Sans parler des conséquences psychologiques sur l’estime de soi chez les adolescent.e.s…

Vidéo : Femmes haïtiennes qui parlent du tabou des règles

Vous souvenez de ce que vous avez ressenti lorsque vous avez eu pour la première fois vos règles ? Ce sentiment de culpabilité (ai-je fait quelque chose de mal pour saigner autant ?), d’abandon, d’impuissance. On est beaucoup à être passé.e.s par là. Parce qu’on n’en a jamais parlé, avant que ça arrive, ou alors tellement peu que c’est sorti de notre tête jusqu’à ce que ça nous tombe sur la gueule – ou plutôt, que ça nous coule entre les cuisses. Mais, depuis quelques années déjà, des femmes tentent d’en parler, et de dédramatiser cette chose qui, en fin de compte, fait de nous ce que nous sommes. Le but ? Sortir des préjugés, de cette idée que les règles c’est cracra, alors on essaye de les enjoliver. Vous connaissez tous les pubs pour les tampons/serviettes hygiéniques : elles nous font croire que nos règles sont bleues. Permettez-nous d’en rire, mais vous n’avez rien compris : les règles c’est rouge, parfois noir, marron, avec même des caillots de temps en temps. Ce n’est que l’année dernière qu’une marque de serviettes hygiéniques britannique de la marque Bodyform représente enfin les règles en rouge. Cette publicité est reprise par Nana et scande le slogan « Les règles, c’est normal ». Merci les gars. Mais quand passera-t-elle à la télé ?

Publicité Nana, diffusée sur Youtube

Comme je vous disais plus tôt, des femmes, des collectifs, des associations, des artistes, ont à présent envie de faire changer les choses. Je suis très heureuse de dire qu’il y en a à présent trop pour que je les recense tous, sinon cet article sera monstrueusement long et vous finirez par décrocher. Alors aujourd’hui je vais surtout vous parler de la plateforme collaborative Cyclique, dédiée au cycle menstruel, et de leur super Festival SANG RANCUNE qui a lieu le mois prochain. J’ai eu l’opportunité de les avoir en entretien téléphonique.  

Photo : Gaëlle Ma Tata 

Leur histoire : 

La plateforme Cyclique a été lancée en avril 2018 suite au projet Clean Your Cup de février 2017. Elle est animée par un groupe de personnes concernées par les problématiques mais aussi les enjeux lies aux menstruation. Clean Your Cup quant à lui, avait pour idée était de démocratiser la cup. Succès immédiat, puisque le projet a traversé les frontières et plusieurs centaines d’ambassadrices et d’ambassadeurs ont rejoint l’aventure. L’idée a été de créer la plateforme pour donner la parole à celles.eux qui le veulent. Au final, c’est une quinzaine de personnes qui s’y investissent tous les jours ; des illustrateurs, ou encore des bénévoles sur les différents événements. 

Nous devons ce projet à Fanny Goberbarge, activiste menstruelle qui souhaite déconstruire les préjugés sur les règles et le sexe. L’idée est d’éduquer les jeunes et les moins jeunes pour appréhender et comprendre le cycle menstruel et la puberté. 

Le festival :

Puisqu’il manquait (cruellement) d’événements traitant sur ce sujet, Cyclique organise le Festival SANG Rancune, premier du genre, où seront rassemblés différents acteurs et actrices venus parler du sujet des menstruations, des enjeux écologiques, économiques, sociétaux et de santé liés aux règles. Cet événement sera autant militant qu’artistique et festif.

Premier événement du genre donc qui aura lieu le samedi 10 novembre prochain, à Paris, au Point Ephémère. La marraine de SANG Rancune, Elise Thiébaut, autrice de « Ceci est mon sang », avait donné un article à 20 minutes et avait dit quelque chose qui m’avait d’ailleurs profondément touché : « Avoir ses règles, c’est le signe qu’on est devenu une femme. Et paradoxalement on devrait en avoir honte (…) Et certaines femmes acceptent cette honte, cette incapacité. L’infériorité a été intériorisé, ce qui explique la persistance des inégalités hommes et femmes ». La plateforme Cyclique est très liée à cette autrice, et vend ses livres, le choix d’en faire la marraine de leur premier festival semblait donc logique. 

Passons au programme, et croyez-moi, il est extrêmement riche et complet ! 

Deux tables rondes sont organisées, la première s’intitule « Les nouveaux enjeux des règles : écologie, santé et réappropriation de son corps ». La deuxième, modérée par Mounia El Kotni, « Décoloniser la gynécologie : lutter contre le sexisme et le racisme dans la gynécologie moderne », aura pour intervenantes deux membres du Collectif : Féministe contre le cyberharcèlement, qui parleront de la transmission intergénérationnelle du traumatisme, mais également Adiaratou Diarrassouba, confondatrice du Fraîches Women Festival, Rabab Mosbah, gynécologe et membre de Lallab, et une membre de Les Rendez-Vous SexCare, afin de parler des cercles de femmes et de comment se réapproprier son corps en tant que femmes racisées. 

Il y aura également des ateliers, tel que celui de Margot Corbeaux, qui expliquera comment apaiser les douleurs menstruelles au naturel, et une interview d’Elise Thiébaut par Apolline, de Manifeste XXI. Self-ish sera présent, ainsi qu’un DJ, une tombola pour gagner des cup et des culottes lavables, de la bouffe, bref tout pour qu’on passe non seulement une bonne journée, mais pour qu’on (re)prenne confiance et connaissance de notre corps. 

Site de Cyclique 

Alors venez nombreu.ses.x : plus on est de fous plus on rit (c’est ce qu’on dit), mais au-delà de ça, votre présence, en tant que ce que vous êtes (Cyclique ne souhaite pas faire de distinctions entre les genres, puisqu’ils est possible en tant que transgenre d’être réglé.e, par exemple) compte énormément. Si le festival rencontre un franc succès, rien ne nous dit qu’une seconde édition ne sera pas organisée par la suite … dans un lieu plus grand, avec plus d’envergure et de partenaires. Donc vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Quand je leur demande ce que Cyclique souhaite pour son avenir, on me répond que la plateforme voudrait collaborer avec plus d’institutions publiques. Le grand projet de Fanny Goberbarge serait d’intervenir dans des écoles pour des ateliers sur les règles. Aussi, Cyclique souhaite aussi développer sa boutique et proposer plus de matériels. 

Dans tous les cas, nous avons une équipe super motivée. On n’a plus qu’à les remercier du fond du coeur pour cette belle initiative. 

On se voit là-bas !

Pour en savoir plus :
Sur Cyclique, et leur page Facebook
Le Festival SANG Rancune et ses informations
Deux fois que je vous parle d’événements au Point Ephémère, aller faire un tour sur leur agenda !
Un article intéressant sur chEEk Magazine

 

Tags:

Vous aimerez aussi

X