fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

FOCUS – DANS LA TÊTE DE PAILLETTE

Partager

Début octobre, on profite des derniers rayons de soleil. Ici nous ne sommes pas à Montreuil, ville de prédilection de l’illustratrice Paillette, où elle habite d’ailleurs, et que je vois aujourd’hui. J’ai découvert son travail grâce à des amies que nous avons en commun. Lorsque j’ai proposé à l’équipe de rédac de faire un article sur elle, le projet a tout de suite été validé, puisque Paillette, chose que je ne savais pas encore, a déjà collaboré avec Beat à l’air auparavant. Rencontre avec ce petite bout de femme (parce que oui, elle n’est pas bien grande et s’en moque !) créative, ambitieuse et super sympa.



Son premier dessin 

 

Paillette a toujours dessiné, dès son plus jeune âge. Parfois même sur elle-même, au grand désespoir de sa mère. Puis au collège, comme beaucoup d’entre nous, elle découvre l’univers des mangas. A partir de ce moment-là, la future illustratrice se découvre une fascination pour les yeux des personnages. C’est surtout ce dessin-là qui l’a marqué. Puis elle obtient son bac L et entame une année en Histoire de l’Art à la Sorbonne, un BTS de design graphique, pour finir par une licence en événementiel, toujours dans cette idée de bosser dans la culture et de la promouvoir. Paillette a ensuite travaillé en tant qu’assistante de production pendant deux ans, mais à ce moment-là elle ne dessinait plus et ça lui manquait.


Légende : BIG UP AUX TOILETTES SÈCHES  
Plus la soirée avance dans le temps et plus c’est compliqué ..

C’est alors qu’elle a eu l’idée de créer un blog ; desbasketsetdespaillettes, parce que oui, elle aime bien les paillettes ! Elle ajoute qu’elle n’a jamais pris de cours de dessin : son blog recense sa vision de la vie quotidienne, dessinée à sa façon.


Son endroit préféré pour dessiner 

A la question où préfères-tu dessiner ?, Paillette me répond « Mon lit ! ». Etant freelance, elle a la chance de pouvoir travailler depuis son lit et y passe énormément de temps, avec son chat. Sinon, si elle devait choisir un endroit préféré sur Terre, ce serait une plage aux Pays Basques. Quand je lui demande où elle puise son inspiration, l’illustratrice m’explique que son blog met en avant des petites scènettes qui parlent des festivals ou des soirées où elle va, et des choses qu’elle y entend. Elle ajoute également que ses amis contribuent énormément à son travail, lorsqu’ils lui racontent des anecdotes sur leur vie. A cela s’ajoute également internet : curieuse, Paillette y passe beaucoup de temps, et y puise beaucoup son inspiration.


Self-portrait 

Là voilà, Paillette. C’est du moins comme ça qu’elle se perçoit. « Je me vois comme une parisienne lambda qui ne se prend pas la tête et qui aime le second degré » me dit-elle. Parisienne lambda ? Pourtant, c’est une nana qui en veut dans la vie : à la fois illustratrice, graphiste, tatoueuse et DJ, Paillette est également pleine d’énergie, et, elle rajoute « limite hyperactive ».


Sade, la chanteuse

Ça c’est Sade, une de ses artistes préférées. Elle a bercé son enfance et toujours encore un peu. Paillette est fascinée par les figures féminines fortes, qui ont eu un impact sur la vie des autres, mais aussi sur la sienne. L’année dernière, elle s’est faite tatouer Joséphine Baker, qu’elle adore. L’illustratrice/tatoueuse souhaite continuer dans cette lancée : représenter sur son corps « les meufs un peu girl power qui ont des choses à dire et qui n’ont pas peur de l’ouvrir ». Paillette est également intéressée par le mouvement Femen « j’ai trop de respect pour elles », me confie-t-elle. Elle-même voudrait s’atteler un peu plus à venir en aide aux femmes qui en ont besoin : Paillette voudrait travailler dans ces associations. Elle aimerait aussi, pour aller plus loin, qu’il y aient plus de femmes qui mixent. La parité, bon sang.


Une petite idée de son (envie d’) avenir

Quand je lui demande comment elle voit son avenir, Paillette me répond qu’elle a des petits projets cools en ce moment, mais qui sont confidentiels. Nous n’en dirons pas plus. Dans un futur plus lointain, elle a plein de projet : publier une BD sur les aventures d’un mec qui part en festival et à qui il arrive que des galères… Faire plus de tatouages. Paillette voudrait aussi quitter la capitale et s’installer aux Pays-Basque, « car à Paris il y a beaucoup trop de choses et on s’y perd ». Aller ailleurs, pour se concentrer sur l’essentiel et sur ce qu’elle a envie de faire. Elle voudrait également ouvrir un endroit culturel, pluridisciplinaire, qui mêleraient tatouage, musique, expositions et ateliers. Ce serait mon rêve aussi. Mais elle et moi nous sommes d’accord : faut de la tune pour faire ça, ce qu’on n’a pas.
Mais c’est toujours bien de rêver …

Pour la suivre c’est par ici:
Facebook
Instagram

Tags:

Vous aimerez aussi

X