LA FORGE FESTIVAL – CULTURE ET OUVERTURE

LA FORGE FESTIVAL – CULTURE ET OUVERTURE

Je sais qu’on est encore en hiver, que vous n’avez sûrement pas déjà envie d’entendre parler de festivals se passant en été mais à l’occasion de la première La Forge Party à Paris qui a lieu ce samedi 27 janvier, il est important que je vous parle de la Forge Festival histoire de bien vous donner envie d’y aller ! Pour l’occasion, j’ai rencontré Soline (communication) et Yohann (partenariats) pour parler de ce beau projet.

La Forge Festival c’est quoi ? 

C’est une association à but non lucratif  qui a vu le jour en mai 2017, trois mois avant leur premier événement. Elle organise les 24, 25, 26 août prochain, la 2e édition de leur festival au château de La Forge, parrainée par Taiwan MC (CHINESE MAN RECORDS). Elle compte une dizaine de personnes activement, et une vingtaine de bénévoles. « Après, lors des événements, rajoute Soline, tout le monde met la main à la patte ! »

En août dernier a lieu le premier festival La Forge Festival, dans l’immense parc d’un château, en Mayenne. Pour la petite histoire, le château appartient à la famille de Soline, sauf qu’il est inhabité la plupart du temps. Marjolaine, sa soeur, y faisait soirées tous les 31 en cercle restreint. Puis l’idée lui est venue : pourquoi ne pas y organiser un festival ? Yohann me raconte, « Cela faisait trois ans que je n’avais pas vu Marjolaine. Puis un jour elle m’appelle et me dit « On va le faire. On va organiser un festival au château ».

En plus de récolter de l’argent pour « donner un second souffle au château » comme m’explique Soline, c’est également une façon de découvrir un bijou architectural français datant de 1860, annexé par les Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale. Certes il est interdit d’y entrer pendant l’événement (pour l’instant seulement, car des workshops pourraient bien y avoir lieu), mais les 18 hectares d’espace vert, la forêt bordée d’une rivière font l’affaire !

Si le projet plaisait aux soeurs, et aux cousins, il leur a fallu convaincre la famille peu habituée des festivals de musique. Mais leur soutien fut total et ils sont à présent enthousiastes à l’idée de recommencer cette année !

 

La première édition, un franc succès 

Du 18 au 20 août 2017, plus de 450 personnes (en comptant les bénévoles) sont venues munies de leurs tentes à la première édition de La Forge Festival. Au programme, musique bien sûr, électronique surtout, mais pas que. Ce sont 33 artistes connus et reconnus tels que Rasha Nahas,  Taiwan MC ou encore le collectif Parallèle. À côté de ça, il y avaient également les jeux de société géants des Soeurs Malsaines, du yoga, des ateliers de pole-dance ainsi qu’un bar et un foodtruck.

Yohann rajoute : « La Forge Festival recouvre tous les domaines de la Culture. On prône l’ouverture d’esprit et le mélange des genres. »

Soline : Ce qui caractérise la Forge c’est qu’il n’y a pas vraiment de ligne directrice musicale. On prône la parité culturelle.

Yohann : Avec nous c’est un peu : venez pour ce que vous aimez, partez avec ce que vous avez découvert.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ? 

Yohann : C’était très convivial ! Il y a beau y avoir 18 hectares, on croisait les mêmes personnes qu’on avait vues la veille. Comme le bar était assez excentré des scènes, on a pu réellement échanger avec les gens autour d’un verre, ce qui est quasiment impossible en festival normalement.

Soline : On a nos cousins sourds qui se sont ramenés en groupe. Ils étaient une cinquantaine en tout : ça aurait pu être une barrière pour certains et pourtant ça n’a pas été le cas ! On avait laissé au bar des carnets pour ceux qui voulaient communiquer avec eux. À la fin du festival, Yohann est tombé sur les cahiers et a lu ce qu’il y avait écrit, il est tombé sur des perles ! Beaucoup nous ont conseillé l’année prochaine de faire une initiation au « langage des signes ». On a trouvé que ça pouvait être une bonne idée.

Yohann : Les gens étaient cools, pas de prises de têtes. Mieux encore : ils ont été propres ! Le dernier jour j’appréhendais le ménage et finalement je pensais que ça serait plus le bordel que ça.

Soline : Ma soeur et moi avions envoyé un mail à notre famille leur expliquant que pendant trois jours le château serait squatté pour un festival. On leur a bien sûr dit qu’ils étaient les bienvenus. Et tu sais quoi ? Plusieurs ont débarqué ! Carrément, ma grand-mère se baladait  dans le jardin l’après-midi et échangeait avec les festivaliers, c’était sympa !

 

Quels sont les objectifs pour la seconde édition ?

Yohann : Un peu plus de monde ! L’idéal serait d’atteindre les 1000 personnes dans deux, trois ans. Pas plus, on ne veut pas devenir un gros événement, ça perdrait de son charme.

Soline : On a eu quelques soucis logistiques, comme par exemple l’alcool. On était resté assez vague, cette année on va l’interdire dans l’enceinte du festival. Tu veux boire un verre ? Au bar ! Au camping les gens feront comme ils veulent. Il faudrait également plus de cuisiniers. Plus de stands aussi.

Yohann : Au final les gens ont été compatissants. Cela ne pouvait pas être parfait pour une première fois ! Des artistes nous ont même dit qu’ils étaient prêts à revenir cette année. On a déjà une bonne quinzaine de DJs de collectifs Parisiens, avec une bonne couverture médiatique.

 

Et pour en savoir plus sur la seconde édition de La Forge Festival, la suite au prochain épisode … mais il y a aussi : Leur page Facebook ou alors dans Time Out et Ouest France.

Toutes les photos de cet article ont été prises par L’Oeil du Yak .

 

Previous PODCAST 57 BY MARCELO
Next THE GONZERVATORY - LEARN WITHOUT LOSING THE FUN

About author

You might also like

Culture 0 Comments

THEATRE DE LA LOGE – LA BIBLIOTHÈQUE DES LIVRES (PAS TELLEMENT) VIVANTS

Ce lundi 14 décembre, nous sommes allés voir l’un des « tomes » de la Bibliothèque des livres vivants au Théâtre de la Loge. Cette série de spectacles nous est présentée comme

Culture 0 Comments

ENCRÉ FANZINE – STREET REPORT PARISIEN

Impossible de passer à côté du « street art » ou du graffiti ces temps-ci. Deux expositions se sont notamment penchées sur le sujet: Face au Mur1 à la Caserne de Reuilly

Culture 0 Comments

Reda Kateb, la nouvelle gueule du cinéma français ?

Il vient d’une famille d’intellectuels, a tourné son premier film sous la direction Jacques Audiard, et c’est pourtant seulement maintenant, avec la sortie du film Hippocrate, que le public commence