fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

LA MAGIE NOIRE DE RIVAL CONSOLES

Partager

Si vous avez raté le dernier passage de Rival Consoles à Paris au printemps dernier dans le cadre de l’Arte Concert festival, c’est l’heure de la session de rattrapage ce jeudi soir. Cette fois-ci, l’artiste jouera au Badaboum, la salle de concerts devenue incontournable pour sa programmation de musique électronique indépendante de haute volée.


Si le producteur londonien Rival Consoles, de son vrai nom Ryan Lee West, reste encore inconnu du grand public, il s’est forgé une excellente réputation depuis le lancement de sa carrière en 2009 avec la sortie de son premier album « IO » et ce jusqu’à aujourd’hui, quelques mois après la sortie de son cinquième grand format « Persona ».

Il est l’une des premières signatures du label indépendant anglais Erased Tapes, particulièrement connu pour ses artistes de musique classique et électronique contemporaine tels que Kiasmos ou encore Nils Frahm. Rival Consoles est surement l’artiste le plus électronique de l’écurie, mais il partage avec ses confrères le goût pour les sons minimalistes, mystiques et oniriques.

Le titre de son dernier album est tiré d’un thriller psychologique du réalisateur Ingmar Bergman. Plus ambitieux et difficile d’accès que ses précédents opus, les rythmiques pulsées laissent place à de longues nappes de synthé ambient qui dessinent un univers froid, inquiétant et atmosphérique.

Par : Jessica Laïk
Tags:

Vous aimerez aussi

X