LABEL O’ SCOPE #3 – 1080p

LABEL O’ SCOPE #3 – 1080p

Les plateformes online de streaming qui ont émergé telles que Bandcamp ou Soundcloud ont vite transformé les organisations des labels, laissant place à une nouvelle économie dématérialisée. Ceux qui dépendaient fortement de l’aspect matériel ont pu s’émanciper plus vite grâce à cette nouvelle forme. Richard MacFarlane, fondateur de 1080p, est bien placé pour pouvoir parler de ces nouveaux moyens d’écoute. Très présent dans les communautés de musique en ligne, il disposait de tout le savoir nécessaire pour naviguer dans cette nouvelle économie, son label en est un parfait exemple.

Bien qu’il distribue aussi sa musique sur supports physiques comme des cassettes et des vinyles, il utilise la stratégie numérique pour développer son label. Connaissant sur le bout des doigts les plateformes de diffusion, il met en valeur son label avec les notions de diaspora numérique et la création d’une réalité de plus en plus virtuelle, sans pour autant nier  l’importance de l’objet physique dans l’industrie de la musique.

Originaire de Nouvelle-Zélande Richard MacFarlane a beaucoup voyagé à travers la Grande-Bretagne et l’Australie, mais c’est à Vancouver qu’il décide de s’installer. Il y emménage au bon moment, quand certains producteurs pionniers de la scène locale décident de quitter de la ville, et où des labels comme Mood Hut et sa communauté s’implantent, apportant alors un nouveau souffle créatif.

Dans cette ville peu étendue où tout le monde se connait, les échanges entre les artistes sont faciles et 1080p a une perspective de développement différente des autres labels de dance music. Très prolifique dès sa création en 2013, 4 sorties ont vu le jour en l’espace de 2 mois et aujourd’hui 87 releases sont disponibles. Captant les changements dans la musique électronique qui s’opéraient à ce moment-là, MacFarlane se concentre d’avantage sur une esthétique globale plutôt que sur celle des genres musicaux. Celle-ci est plus déconstruite que les productions actuelles et pourrait se traduire par certains morceaux hybrides entre l’ambient et le cloud rap : une musique difficile à mettre dans une case. Il définit d’ailleurs son label comme un espace d’expérimentation où les artistes déjà connus peuvent sortir des projets plus étranges qu’à leur habitude, mais également permettre à des créateurs inconnus de s’exprimer facilement.

Il passe beaucoup de temps sur Internet à développer des relations avec des compositeurs éparpillés dans les quatre coins du monde, et essaye de comprendre comment évolue la musique en dehors de l’Amérique du Nord grâce aux différentes plateformes de réseaux sociaux. Utilisant tous les moyens à sa disposition pour découvrir de nouveaux talents, il met un point d’honneur à ne jamais lasser l’oreille de l’auditeurs et proposer en permanence une musique nouvelle et originale.

Le visuel a également une place importante au sein du label, Richard MacFarlane collabore étroitement avec chaque artiste pour illustrer sa sortie. Du futuriste au kitsch, l’étiquette du label et son nom – référence à la résolution haute définition des écrans – reflètent l’attachement fétichiste de son créateur aux technologies, comme une manière d’ironiser ses sorties sous format cassette.

A son commencement il utilise beaucoup ce format qui colle bien à son image; bien qu’un peu plus éloigné de la culture DJ, l’objet est très lié au DIY, facile à distribuer et bon marché. C’est ce coté DIY qu’il apprécie beaucoup et qui l’a motivé à se lancer même s’il est aussi important pour lui que l’on puisse avoir le fichier numérique dématérialisé accompagnant systématiquement la sortie et son format physique. Il a commencé le label avec une première production de 100 cassettes, qu’il faisait recopier si la demande augmentait. Quand certains labels préfèrent le pressage vinyle, MacFarlane lui préfère la cassette, selon lui plus accessible et attrayante pour les artistes qui commencent à faire de la musique. 

Previous ZOLL NACHT #3 GIBUS CLUB - 03/11/2017
Next PODCAST 52 BY HOSTOX

About author

You might also like

Musique 0 Comments

KIWISUBZORUS – CYCLOP EP

Kiwisubzorus revient. Après sa collaboration sur l’EP Fade To Dark, voilà que le français nous pond un EP. Et c’est sur le label rennais Vielspass que Kiwisubzorus se lance. L’ensemble

Musique 0 Comments

March Podcast by Cézaire

C’est le rendez-vous habituel de chaque 21 du mois pour découvrir de nouveaux artistes talentueux. Pour cette troisième édition qui annonce le printemps, c’est avec Cézaire que nous continuons notre

Musique 0 Comments

LABEL O’ SCOPE #1 – WHITE MATERIAL : DE L’USINE AU DANCEFLOOR !

LABEL O’SCOPE: Une fois par mois, Beat à l’air vous emmène à la découverte d’un label coup de coeur: focus et playlist à la clef !   New York est