MIS EN SCÈNE 002 – CLUBBING SEQUENCE / NSDOS

MIS EN SCÈNE 002 – CLUBBING SEQUENCE / NSDOS

Une fois tous les deux mois, Beat à l’air vous emmène à la découverte des meilleures scénographies immersives mêlant art sonore et visuel qui révolutionnent notre façon de vivre, de penser et de ressentir la musique. Pour cet opus, nous avons décidé de vous parler d’un dispositif de « club intelligent/live interactif » intitulé « Clubbing Sequence » qui a été expérimenté à la Gaité Lyrique en mai 2015 à la suite d’une brève résidence de l’artiste NSDOS, Mr Maqs Productions, Soixante Circuits et Théoriz Studio, lors des trois ans du label parisien ClekClekBoom.

Clubbing Sequence est une performance interactive pluridisciplinaire qui propose une nouvelle façon de concevoir le rapport entre le dj/producteur, le public et le club en accordant une place centrale aux corps du public.

Comme toute culture musicale, les musiques électroniques ne se limitent pas aux sons : c’est un ensemble de composantes et le corps y a une place centrale : les mouvements du corps peuvent même être utilisés pour moduler le déroulement d’une soirée ; et c’est ce que Clubbing Sequence a tenté d’explorer lors de cette performance.

« Les musiques électroniques ont amené de nouveaux codes corporels sur la façon dont celui-ci occupe l’espace du club. »

La danse contemporaine a bouleversé les codes culturels en s’affranchissant des dogmes de la société et s’est mue en lieu des possibles : d’abord érotisé, prohibé puis solitaire.

Les musiques électroniques ont amené de nouveaux codes corporels sur la façon dont celui-ci occupe l’espace du club : debout, en ligne, yeux fermés et tournés vers une même direction, le corps du public est à la fois individuel par sa façon de danser mais aussi pluriel, soudé autour d’une communauté. Cependant cette culture de la danse à la frontière du rituel est peu à peu délaissée.

Pour ceux qui étaient présents lors de cette expérience, il est certain qu’ils se souviendront des danseurs butō, qui tourbillonnaient parmi nous, tels des guerriers en transe, nous invitant à les suivre dans ce lâché prise.

 

« Les artistes cherchent une collaboration interdisciplinaire dans leurs projets. »

NSDOS (aka Kiridoo Des) est un artiste polymorphe qui explore différents champs artistiques de la danse aux arts numériques en passant évidemment  par la musique.

On constate aujourd’hui une tendance à l’hybridation de la formation des artistes qui complètent leur savoir faire artistique avec des connaissances en informatique ou plus généralement dans le domaine scientifique. Cette transversalité pousse NSDOS à explorer les interactions entre homme et machines (IHM) et à développer des systèmes interactifs qui prennent en compte des impacts sociaux.

L’évolution permanente des compétences et le besoin d’inspiration dans les innovations que les sciences et les nouvelles technologies introduisent dans la vie réelle, poussent les artistes à chercher une collaboration interdisciplinaire dans leurs projets.

Ces révolutions numériques ne modifient pas seulement les contenus, mais elles modifient le rôle du spectateur – ce qu’il peut voir et écouter – mais aussi et surtout ce qu’il peut faire. Il est donc nécessaire de penser la question du spectateur en passant par celle des usages, car ces nouvelles technologies ont entrainé des changements sociétaires importants.

« L’art numérique permet une interactivité entre l’œuvre d’art, la machine et le spectateur. »

Clubbing Sequence s’inscrit dans cette volonté : elle permet à chaque personne du public de prendre part à la performance. Le musicien ne domine pas le public mais interagit avec lui. Concrètement, le public émet des datas  par sa façon de se mouvoir et déclenche des boucles musicales et visuelles génératives grâce à un système de vidéo tracking en temps réel. Le public peut donc influer sur le son, les images et la lumière de l’espace dans lequel il se meut – serait-ce le futur du club ?

La finalité ? « Lutter contre la fête consommatrice et aseptisée où la queue au bar ou aux toilettes polarisent les foules » ; et tenter de recréer ce que Jean-Yves Leloup qualifie de « Temporary Autonome Zones » : des instants de fêtes qui s’autorégulent et créent une réalité parallèle en prenant la forme de grande messe en l’honneur du lâché prise et de la musique.

L’art numérique permet donc une interactivité entre l’œuvre d’art, la machine et le spectateur. Edmond Couchot et Norbert Hilaire (co-auteur de l’ouvrage L’art numérique) parlent alors « d’auteur-aval » et « d’auteur-amont« . Cela signifie qu’il y a une interaction entre les spectateurs et l’œuvre d’art : la subjectivité du peut devenir une partie intégrante de l’œuvre. « L’auteur-amont » propose une idée, tandis que « l’auteur-aval » se l’approprie. Cette distinction est fondamentale puisqu’elle remet en marche le rapport entre les valeurs et la fonction matérielle de l’œuvre.

NSDOS continue ses expérimentations arts/sciences puisqu’il a réalisé une performance sur invitation du Musée du Quai Branly intitulé « Plantes 0.8 » qui mêlait danse Buto, musique et plantes.

Si l’on parle de la photographie comme un moyen de conserver une fraction de temps, l’art numérique ne réside dans aucune temporalité puisque les images numériques abolissent les frontières entre passé, présent et futur : ce à quoi aspire le danseur lorsqu’il est en club.

Previous LA SCÈNE ÉLECTRONIQUE ESTONIENNE : LE COLLECTIF MÜRK
Next VINYLS OF INTEREST- 007

About author

Chloé Magdelaine 11 posts

Électrisée par les nouveaux médias et la musique visuelle plutôt que par les primitifs flamands.

View all posts by this author →

You might also like

Électro 0 Comments

OMAR S – THE BEST LP

Alex O. Smith aka Omar S a déjà rejoint le panthéon de ces producteurs légendaires. Son label FXHE vient de souffler ses 10 bougies. D’une intégrité exemplaire, il a su

Culture 0 Comments

Les Jardins Suspendus, Marseille : Musique, street-art et rooftop à 360° sur la mer

Depuis peu, nous nous développons progressivement dans cette superbe ville qu’est Marseille. Il était donc indispensable pour nous d’être partenaire de cette deuxième saison des Jardins Suspendus. Soleil, House et Mistral petite présentation de vos 24

Musique 0 Comments

OASIS FESTIVAL 2016 – Marrakech – 16-18 septembre 2016

OASIS FESTIVAL 2016 Ticket festival 3 jours à partir de 150 € + frais Packs (incluant hôtel et bracelet du festival) à partir de 242 € + frais Oasis dévoile