CHARGEMENT

Type à Chercher

MIS EN SCENE 003 – TESSERACT PAR LE LABEL1024 ARCHITECTURE

Partager

Une fois tous les deux mois, Beat à l’air vous emmène à la découverte des meilleures scénographies immersives mêlant art sonore et visuel qui révolutionnent notre façon de vivre, de penser et de ressentir la musique. Pour cet opus, nous avons décidé de décortiquer l’installation scénographique et phonique monumentale “Tesseract” (aka HyperCube) du label 1024 Architecture.

Cela fait plusieurs années que la discipline architecturale est remise en cause par la constante croissante des technologies – en ouvrant l’architecture à de nouveaux champs de connaissance et d’expérimentation. Cette nouvelle nature de l’espace digital déploie des possibilités d’explorations multiples : les frontières s’effritent et fusionnent avec d’autres champs artistiques.

C’est l’avènement d’une “architecture performative” pour reprendre les termes de Johannsen – c’est à dire une architecture qui explore de nouvelles perspectives en mettant en place une architecture numérique.

Ces expérimentations numériques permettent d’amener de nouvelles pratiques de l’espace et du temps. Couplé à l’art, l’architecture numérique acquiert une nouvelle portée – et c’est tout l’enjeu des créations du label 1024 Architecture qui met les interactions entre corps et espace au sein de leurs installations, mêlant architecture, images et son.

Pour présenter brièvement ce label à ceux qui le découvriraient – 1024 architecture ( vous l’aurez peut être remarqué, 1024 (pixels) est la résolution standard d’un écran, un discret clin d’oeil du collectif à l’utilisation du numérique) est un studio crée par Pier Schneider et François Wunschel, deux architectes de formation, à l’origine du collectif EXYZT.  Ce sont aussi les créateurs de MadMapper, l’un des premiers logiciel de mapping vidéo. Au-delà de la création d’un logiciel devenu référence dans l’univers du mapping, le label pousse plus loin la recherche et la création en imaginant pour chacune de leurs oeuvres une interface de contrôle dédiée.

D’architecture statique le jour, leurs créations se muent en troublant jeux de lumières et de formes à la nuit tombée.

Tesseract aka HyperCube, qu’est ce que c’est ?

 

En géométrie, le tesseract est l’analogue quadridimensionnel du cube – logique donc que dans l’univers du collectif, Tesseract soit une immense structure architecturale cubique de 14 m.

A l’origine de l’œuvre, la découverte par le collectif des « Sharpy » – des projecteurs au faisceau de lumière très serré, semblable au faisceau laser. Concrètement, Tesseract se matérialise sous la forme d’une construction d’échafaudage ouverte avec un ensemble tridimensionnel de lumière (65 au total), capable de se tourner dans n’importe quelle direction. Le spectateur fait partie intégrante de cette espace puisqu’il est amené à pénétrer dans la structure.

Dans cette œuvre, le collectif est en charge à la fois de la création scénique, du contenu visuel, du programme et de la musique, une façon de faire le lien entre espaces, images et sons de façon totale – en utilisant Ableton live et un logiciel spécifiquement développé pour le projet, le logiciel Tesseractor qui utilise le langage c++.

Plus parlant qu’une description, on vous laisse découvrir cette œuvre immersive en vidéo :

 

D’artistes à hackers, de créatifs à ingénieurs, les frontières se brouillent ; dans cette révolution numérique, la puissance de l’innovation réside particulièrement dans le développement et la diffusion massive de logiciels sur lesquels chacun, chaque artiste peut s’appuyer, modifier et façonner sa création : l’oeuvre se trouve moins dans ce qui est donné à voir que dans le dispositif qui lui permet d’exister.

Tags:
Chloé Magdelaine

Électrisée par les nouveaux médias et la musique visuelle plutôt que par les primitifs flamands.

  • 1

Vous aimerez aussi

X