PODCAST 45 BY MEYSO

PODCAST 45 BY MEYSO

C’est le rendez-vous habituel de chaque fin de mois pour découvrir des artistes talentueux. Ce mois-ci c’est Meyso qui répond à nos questions à l’occasion de la sortie de son LP sur Plexus Records.

Hello, Meyso, peux-tu te présenter en deux mots ?

Beatmaker et DJ, je fais de la musique depuis environ 10ans dans un espace de 13m2 à l’aide de disques, machines et plantes stimulantes, et on dirait que ça plait à des gens.

 

Tu sors un album dans les semaines qui arrivent chez Plexus Records, comment en es-tu venu à te dire qu’il était temps pour toi de te lancer en solo ?

Ce projet, est en route depuis longtemps, j’y pensais déjà il y a 4 ans. À force qu’on me qualifie de beatmaker pour rappeur français (ce qui est normal en somme), j’ai eu envie de montrer que ce n’était qu’une partie de mon travail. Avant 2012 je ne produisais quasiment jamais pour des rappeurs, ce n’était pas trop mon truc, je voulais plus développer des sonorités ambient, lo-fi…mais malheureusement sans jamais sortir les morceaux de mon disque dur. C’est grâce à certaines rencontres avec des rappeurs, qui sont devenus rapidement des amis, que l’opportunité de produire des morceaux de rap comme je le voyais a vu le jour.  Il était obligatoire pour moi de garder mon univers, sans faire d’efforts pour « sonner plus rap français ». Comme je n’ai jamais voulu être juste une usine à fournir des beats à des rappeurs, il était pour moi naturel de ne pas tomber dans une routine de collaboration constante, mais plutôt de fournir un projet solo qui me ressemble.  Avec les liens que j’ai avec Plexus Records, il était naturel de le sortir en vinyle. Si ça avait été essentiellement du digital je ne me serais certainement pas décarcassé pour sortir un 13 titres. Sans trop y réfléchir, je pense avoir pris les choses à contre-pied en ne proposant pas un éventail de beats sur internet pour me faire un nom, mais en sortant un LP qu’on peut ranger dans une étagère, juste pour la postérité ahah.

 

C’est un album qui sera sûrement plus personnel que tes productions pour Lomepal ou d’autres, est-ce qu’on doit s’attendre à quelque chose de différent ?

Oui je pense que c’est vraiment différent, en tout cas pour moi. Dans le choix des samples ou des textures, on pourra toujours faire le rapprochement avec « Cette Foutue Perle », il y a des sonorités dont je ne pourrais pas me défaire dans mon processus de création, et qui me suivront longtemps, je pense.  C’est peut-être ça avoir une patte au final. Je pense avoir fait tout de même quelque chose de moins conventionnel que notre EP avec Lomepal, mais ceux qui aiment ma musique pour son côté planant ne seront pas déçus.

 

Par la suite une série de dates en live tu y pense ?

En live je préfère fournir un DJ set pour faire danser les gens plutôt que de mettre en lumière le travail de beatmaker.  Personnellement, ma musique n’a pas la vocation à être présentée sur scène.

Cependant j’accompagne toujours Lomepal sur scène depuis 3 ans et la tournée pour son album commence à se construire doucement, il va falloir s’attendre à nous voir débouler un peu partout.

 

Tu as annoncé récemment qu’il y aurait beaucoup de featuring sur cet album, notamment avec JeanJass pour ne citer que lui. Vous êtes une grosse équipe en ce moment à apparaître aux yeux d’un public plus large (Lomepal, JeanJass, Caballero, Mothas, Fixpen Sill, Nepal, Sopico). Pourquoi ce mouvement hip-hop est-il très apprécié depuis quelque temps ?

Il n’y aura pas beaucoup de featuring sur l’album, juste 4 sur 13 morceaux. Ce n’est pas forcément énorme.

Je ne pense pas qu’il y ait de « mouvement », et je ne sais pas si les artistes dont tu parles sont plus appréciés qu’avant, mais ce qui est sûr c’est que chacun (à part Mothas, qui a arrêté de rapper il me semble) a pris un step up incroyable depuis 2 ans, et pas qu’en musique. C’est ça qui est la cause, et le fait que les gens kiffent de plus en plus en est la conséquence logique. Chacun fait son truc dans son coin, mais comme il y a des vrais liens entre chacun, ça se ressent et ça permet d’élever tout le monde, je pense.

 

L’artiste pour toi qu’il faut absolument suivre cette année, A Little Rooster nous avait annoncé Népal et Josman

En rap français? Parce que si tu parles de la musique en général, on peut écrire un livre si tu veux… Trop de classiques ont été pondus c’est deux dernières années, dans beaucoup de genres musicaux.

Après je ne peux pas te dire franchement qui est à suivre ou pas, mais je peux te dire que selon mes goûts en rap francophone, celui qui mériterait une plus grande exposition c’est Makala, et le must c’est que ça risque d’arriver.

Tu peux nous en dire plus sur tes prochaines collaborations ?

Je ne suis pas trop à la recherche de collaboration, je t’avouerais que je me limite aux personnes que je connais un minimum ou à des amis tout simplement, donc pour les prochains featuring ou prochaines apparitions il n’y aura pas de grande surprise, des morceaux avec Caballero sont dans les disques durs pour des projets à lui, j’ai commencé à bosser un peu avec Roméo Elvis… Après je risque de sortir un projet à la fin de l’année sous un autre nom, car je serais en duo, un peu éloigné de ce que je fais d’habitude, mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant, chaque chose en son temps.

 

Les 3 sons que tu écoutes le plus en ce moment ?

3 sons, c’est trop compliqué, mais 3 albums c’est bon je peux le faire. En ce moment je bloque sur l’album de Smino, « blkswn », c’est assez agréable d’attendre impatiemment un album et de n’être pas déçu, mais alors du tout.

L’album de tous les jours, le premier album d’Arthur Verocaï, un de mes classiques depuis des années, mais pour qui j’ai une réelle obsession en ce moment.

Dans mes récentes découvertes, il y a aussi l’album de Blood Orange « Freetown Sound » qui m’a traumatisé.

 

Quelles sont les prochaines dates clés pour toi ? As-tu une date de sortie de l’album à nous communiquer ou d’autres featuring en exclu ?

Mon album arrive fin avril, après à toi, aux gens de guetter les bonnes prochaines sorties rap francophone de 2018, car avant ça je vais me consacrer plutôt à des expérimentations en solo.

Previous VINYLS OF INTEREST- 007
Next NORTH HILL - COLLECTION PRINTEMPS-ÉTÉ SS17: "ART&WAR"

About author

You might also like

Musique 0 Comments

Santé – Interview

  Avant son passage et à l’occasion de sa venue ce soir au R Pigalle, Santé a accepté de répondre à nos question. Question plutôt classique pour commencer, pourriez-vous vous

Électro 0 Comments

DIMENSIONS FESTIVAL 2016 : 50 NOUVEAUX NOMS

Dimensions Festival vous sert 50 nouveaux noms sur un plateau. Ils viennent s’ajouter à ceux précédemment annoncés. Dans les grosses surprises, la présence de Larry Heard aka Mr Fingers qui

Musique 0 Comments

NICK HOPPNER – FOLK LP

En 2005 nait Ostgut Ton, label mythique du Berghain/Panoramabar chez qui on ne compte plus les excellents artistes et DJs comme Ben Klock, nd_baumecker ou Answer Code Request. Cependant cette