[REPORT] FESTIVAL CHORUS : SOIREE HIP-HOP

photo 1-3
Du 1er au 10 avril, en plein cœur du parvis de la Défense, se tenait le Chorus Festival, un festival qui, cette année encore, a été organisé remarquablement, accueillant pas moins de 40 000 personnes tout au long des 10 jours dans la joie et la bonne humeur avec une programmation artistique de qualité.
Beat à l’air était présent le vendredi 8 avril pour la soirée dédiée au Hip-Hop, récit d’une soirée aux lyrics énervées.

Arrivés à 19h, on se dirige vers le contrôle de sécurité très présent dans le contexte actuel tendu, mais très souriant et nullement oppressant. Une fois nos billets checkés, on se presse directement vers le grand chapiteau, où est prévu Jazzy Bazz 10 minutes plus tard, ce qui est une très bonne surprise puisqu’il remplace Stormzy qui a annulé son passage au Chorus. Une parfaite occasion pour nous de se mettre dans le bain avant son concert du 28 avril prochain à la Maroquinerie.
photo 1Jazzy Bazz tient ses promesses, 50 minutes de live alternant punch et charisme scénique qui augure du très très lourd pour son prochain concert, 8 jours à attendre… on sera là.

20h, après 10 min de chill et une petite bière, on se dirige vers le petit chapiteau où Little Simz, la jeune prodige du rap londonien, va bientôt œuvrer.
photo 4S’ensuivent 45 min d’un gros show, Litlle Simz est toute petite, mais possède un véritable charisme, jouant avec la foule à merveille et sachant mettre l’ambiance comme personne. Little Simz est à suivre de très près car il est certain que l’on va entendre de plus en plus parler d’elle dans le futur.

photo 5On chill de nouveau entre les deux chapiteaux où un ghetto blaster géant sert de scène ouverte aux MC’s voulant poser un freestyle, on apprécie un peu le spectacle, puis on retourne sur la grande scène où Oxmo Puccino s’apprête à jouer.
photo 5-3Oxmo offre comme à son habitude un live fou, mêlant instruments live et lyrics poétiques comme personne. A chaque fois, on ressort  avec la même impression : Oxmo Puccino c’est la classe, le patron du rap français quoi qu’on en dise, et qui a inscrit plus d’une de ses tracks au panthéon du hip-hop hexagonal.

23h, on alterne de nouveau vers le petit chapiteau car nous sommes conviés à l’anniversaire de DJ Pone qui fête ses 38ans ce soir-là. Pendant 1h, il nous balance véritablement du très lourd, enchaînant des tracks et des mix sur des classiques du hip-hop. On en prend plein les oreilles et pour que la fête soit complète, DJ Pone a convié certains artistes avec lesquels il avait déjà collaboré, ainsi on a vu débarquer une partie de Scred connexion, Greg frite, Orelsan ou encore Nekfeu
photo 1-2photo 2-2Minuit, on se dirige vers la grande scène pour le dernier live de la soirée et pas des moindres, Pharcyde.
Pharcyde sont des habitués du chorus, on les avait déjà vus en 2013. Toujours aussi impactant, ils enchaînent leurs classiques pendant une heure. Ils restent l’un des groupes mythiques du Rap US avec déjà presque 26 ans de carrière. Et comme avec Oxmo, on ressort avec cette impression que les années n’ont pas altéré leurs flows.

Chorus festival est devenu au fil des années un rendez-vous incontournable du printemps qui marque le début de l’été. Le marathon des festivals peut maintenant commencer…

Previous CONCRETE 22, 23 & 24/04/16
Next FESTIWALL: LE FESTIVAL D'ART URBAIN PARISIEN - 21/22 MAI 2016

About author

You might also like

Report 0 Comments

[REPORT VIDÉO] DOUR FESTIVAL 2015

Retour en vidéo sur l’édition 2015 du Dour Festival ! À cette occasion, nous avons interviewé Kid Francescoli et Julia, ainsi que La Fine Équipe de chez Nowadays. Enjoy !

Report 0 Comments

REPORT: Dement3d Label Night au Petit Bain

Arrivés vers 23h00 sur les berges de la bibliothèque François Mitterrand. – C’est bien ici la soirée, Dement3d ? – Oui oui, Ligovskoï va commencer. Nous entrons dans la cabine,

Report 0 Comments

[REPORT] DIE NACHT 001

  Décollage Imminent   La fin de l’été nous paraissait déjà lointaine, on commençait déjà presque à s’y faire, mais c’est alors que ce 20 Septembre dernier, le collectif Die