[REPORT] JACK IN THE BOX 25 YEARS – CABARET ALEATOIRE (MARSEILLE)

[REPORT] JACK IN THE BOX 25 YEARS – CABARET ALEATOIRE (MARSEILLE)

beatalair cabaret aleatoire 2

En ce Jeudi 30 Juillet, Beat à l’air ne pouvait rater l’événement majeur de la ville de Marseille.
En effet, pour fêter ses 25 ans de carrière, Jack de Marseille propose en collaboration avec le Cabaret Aléatoire un long week-end de festivités en compagnie de ses amis.
Voilà que le festival démarre sur les chapeaux de roue puisque le premier invité n’est autre que Laurent Garnier. L’artiste aux plus de 350000 followers sur Facebook ne laisse pas indifférent les Marseillais puisque à 14 h 30 le Cabaret Aléatoire annonce que la soirée est complète et qu’il n’y aura pas de billetterie sur place. C’est alors que débute la grande quête du ticket d’or pour cette soirée à guichet fermé, les gens se battent pour obtenir le précieux et vont même jusqu’à payer le prix fort pour ne pas rater l’évènement. En même temps, difficile de rater un « Laurent Garnier vs Jack de Marseille all night long ».

beatalair cabaret aleatoire

Arrivée aux alentours de 00 h 30 à l’adresse 41 rues jobin, 13003 Marseille, c’est toujours un plaisir de nous engouffrer dans ce magnifique lieu qu’est la belle de mai. Passé le premier portail, nous apercevons rapidement la file d’attente qui sans surprise est assez conséquente. Par chance la sécurité et le contrôle d’accès sont bien rodés et nous nous retrouvons rapidement sur l’espace extérieur du cabaret aléatoire.
Vers les 1h le monde commence à se faire ressentir, il reste tout de même quelques petits espaces pour pouvoir se faufiler vers le devant de la scène.
Jack de Marseille est bien présent aux volants de ses platines vinyles et nous régales (…)

Le son du cabaret de par son architecture n’a jamais été ultra performant mais il semble plutôt bien géré par les ingés son et nous pouvons profiter pleinement et tranquillement du spectacle. Nous décidons de nous rafraichir, le bar est rempli, il faut se battre pour pouvoir arpenter un barman. Cependant les prix sont dans l’ensemble correct, difficile d’obtenir une pinte inférieur à 6 euros de nos jours.
Il est 2 heures passé et le public bouillonne en voyant arriver Lolo, il glisse un petit « kiss » à son pote jack et reprend tranquillement la main sur le son. L’ambiance est chaude et le public se déchaine ! La tête d’affiche ne met pas longtemps à emballer ses convives et la soirée s’annonce torride !
Passé 4 h du matin, le public en redemande et c’est au tour du b2b entre les deux copains. Le cabaret s’est quand même bien vidé sans doute dû au fait que ce soit jeudi soir mais l’atmosphère est toujours aussi bouillant !

Report & Photos: RIE Charles

beatalair cabaret aleatoire 3 beatalair cabaret aleatoire 4 beatalair cabaret aleatoire 6 beatalair cabaret aleatoire 10 beatalair cabaret aleatoire b2b beatalair cabaret aleatoire foule 3 beatalair cabaret aleatoire foule beatalair cabaret aleatoire laurent garnier 10 beatalair cabaret aleatoire lolo 5 beatalair cabaret aleatoire lolo 6 beatalair cabaret aleatoire lolo 9 beatalair cabaret aleatoire lolo garnier 2 beatalair cabaret aleatoire lolo garnier 6 beatalair cabaret aleatoire lolo garnier 10 beatalair laurent garnier cabaret aleatoire laurent garnier foule foule beatalair laurent garnier beatalair 2

 

Previous CONCRETE 07 & 09/08
Next [REPORT] PEOPLE IN THE CITY 2015 - 1ER AOÛT (LAUSANNE)

About author

You might also like

Report 0 Comments

[REPORT VIDÉO] DOUR FESTIVAL 2015

Retour en vidéo sur l’édition 2015 du Dour Festival ! À cette occasion, nous avons interviewé Kid Francescoli et Julia, ainsi que La Fine Équipe de chez Nowadays. Enjoy !

Report 0 Comments

[REPORT] Dimensions Festival – Pula

OPENING À l’heure actuelle où le mouvement électronique underground et alternatif prend de plus en plus d’ampleur, où cette musique souvent qualifiée à tort de simple bruit par ceux qui

Report 0 Comments

[REPORT] Marathon : Souk Souk Royal et 75021#8

Si longue fut l’attente qui nous sépara de ce week-end tant espéré, terriblement courtes furent les quelques heures passées à hanter le 6B. Entre déambulation onirique, apiculture sonore et délirium