fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

[REPORT] Schoolboy Q « oxymoron Tour »

Partager

 

erfegf

Lundi 5 mai 2014, la date que l’on attendait tous depuis des mois maintenant, la venue du « Man of the year » Schoolboy Q à Panam’ pour « l’oxymoron tour » au bataclan.
La soirée s’annonçait « Gangsta Gangsta ».

« YACK YACK YACK »

19h45, On sort du tromé et on arrive boulevard Voltaire, là on ne se rappelle plus s’il faut prendre à droite ou à gauche, très vite on croise des hordes de jeunes sauvageons habillés made in Compton et arborant pour la plupart un bob, c’est sûr on est sur le bon chemin.
On chill un peu une bière à la main avant d’entrer dans le bataclan, contemplant la véritable forêt de bobs qui s’offre à nous, motifs camos, floral ou animalier tous ont sorti leurs bobs et leurs dégaines des grandes occasions.

 20h30, on entre dans le bataclan, la première partie assurée par Isaiah Rashad le petit nouveau du label Top Dawg Entertainment où sont aussi signé Schoolboy et Kendrick Lamar vient juste de se terminer. On piétine dans la fosse en se faufilant en décalécatan décalécatan oh éh oh éh dans les 6 premiers rangs devant la scène en attendant l’arrivée du « MOTY ».

 21h, après une brève mise en ambiance par le DJ de Schoolboy, le rappeur entre enfin dans le game, calme comme à son image mais cela ne va pas durer. Dès les premières tracks c’est le gros gros bordel, ça pogote sévèrement dans la fosse, chaque track est un drive-by pour nos oreilles, on se rend réellement compte de la puissance de l’album « oxymoron » en live.

Schoolboy enchaîne ses bombes : « Hands on the wheel », « What they want », « Here he go », On n’a pas le temps de se reposer, la chaleur est étouffante et le mec ne se ménage pas pour sa première venue en France, il est trempé de sueur tout comme nous, il peine à reprendre son souffle entre les tracks tout comme nous.
La folie furieuse continue après « Gangsta » et « Collard greens », ça jump toujours autant dans la foule, j’ai perdu de vue les autres membres de ma team, à chaque track je me rapproche un peu plus de la scène en coupé décalé coup de coude, jusqu’à arrivé dans les 3 premiers rangs.

ffddss

Schoolboy est sans pitié, son énergie est incroyable, après « Break the bank » le public scande à l’unisson « SCHOooooooool boy, SCHOoooooooool boy », l’osmose entre le rappeur et la foule est alors totale.
Après ça, Schoolboy bien décidé à killer nos tympans perform le hit « Maad City » de son acolyte Kendrick Lamar, là concrètement soyons clair je suis possédé par le Sheitan,
mon tee-shirt est trempé, je sais plus où j’habite, je jump comme un forcené en essayant de rester en vie.

sc1

Le show touche à sa fin, le dernier son arrive et ce sont les premières notes de « Man of year » qui retentissent, la folie dans la fosse atteint alors son paroxysme, Schoolboy Q jump et entraîne la foule dans un corps à corps haletant, on voit que le rappeur est touché de l’accueil fait par le public parisien, l’artiste est en fusion et décide de jumpé dans la foule.
Grâce à mon coupé décalé incessant pendant le concert je suis juste en dessous à ce moment-là pour le réceptionner, la chance pour moi de voir au plus près « l’homme de l’année ». Je ne perds pas cette occasion de le check en lui criant « Hell yeeaaaah nigga », la sécurité arrive très vite pour l’extraire de la foule en délire qui ne veut pas le lâcher et essaye même de lui péta son célèbre bob ou encore une de ses sneaks, à cet instant le Schoolboy est comme un tenders KFC au milieu de barbes c’est-à-dire : il a chaud aux fesses!
Finalement le colosse de la sécurité le fait remonter sur scène, le rappeur à l’air exténué, nous aussi.

fsdfsd

Un dernier rappel.
« SCHOOoooooool boy, SCHOOooooooool boy ».

Il refait un couplet accapella rapide puis s’en va, mettant ainsi fin à l’hystérie collective.
Les lumières du bataclan se rallument, j’essaye de retrouver mes comparses histoire de voir si tous ont survécu à cette folie, tous sont là, aussi choqués que moi par la performance à laquelle ont vient d’assister.
L’euphorie et le bonheur sont là, palpables sur les visages luisant de sueurs de la foule qui se dirige vers la sortie.

Je suis atteint par le syndrome de la Tourette les deux heures qui suivront la fin du show ne pouvant contrôler les « YACK YACK YACK! » qui sortent de ma bouche contre ma volonté.

 « Veni , vidi , vici »  

Schoolboy Q était très attendu, et c’était justifié, le rappeur a violé nos oreilles pendant deux heures, qu’est ce que j’avais dit en 5ème ligne de ce report déjà ? Ah oui…
« une soirée qui s’annonçait « gangsta gangsta » »… pffff
Ce fut MYTHIQUE.

Thomas Bellec

Tags:

Vous aimerez aussi

X