SAKRO – INTERVIEW

SAKRO – INTERVIEW

la pause sakro beat a lair

À l’occasion de la soirée de demain à La Plage du Glazart de nos potes La Pause, qui met en lumière l’artiste mexicain Sakro (fufu), on est allé lui poser quelques petites questions histoires de mettre à jour ce personnage talentueux venu d’outre atlantique.

Ramène toi ! C’est demain à 19h, il fera beau et c’est gratuit 🙂


 

Beat à l’air: Salut Sakro, peux tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas?

Hi Sakro, for those who don’t know you, could you introduce yourself?

Sakro: Bien sûr. Bonjour je m’appelle Sakro : DJ, producteur et être humain. Je suis née au Mexique et là j’ai la chance de pouvoir voyager en présentant ma musique en tant que DJ et de la sortir sur vinyle et formats digitaux pour des labels comme Houseworx, Amam, Street Knowledge, Lake Placid et bientôt Housewax et encore d’autres. J’aime ce que je fais et ça plaît à certaines personnes aussi. Ca fait chaud au cœur.

Of course. Hi, Im Sakro: DJ, producer and human being. I was born in Mexico and now I am lucky to be travelling around, presenting my music as a DJ and releasing it on vinyl and digital formats for labels like Houseworx, Amam, Street Knowledge, Lake Placid and soon Housewax and more. I love what I do and some people like it too. That’s a good feeling.

B: Quand as-tu commencé à mixer et à produire tes propres sons, d’où t’es venue cette envie? Des influences?

When did you start mixing and djing, what were your motivations ? Any influences?

S: Alors j’ai commencé à mixer il y a 8 ans, je jouai à des soirées organisées par des potes dans ma ville et dans mon pays. J’organisai aussi des soirées avec mes potes parce que personne ne le faisait dans ma ville et fallait bien que quelqu’un le fasse. Puis j’ai commencé l’université, j’étudiai les médias de masse et j’ai donc eu mon diplôme dans ce domaine. Du coup les profs que j’avais en cours de production radiophonique étaient des djs/producteurs qui venaient d‘un collectif connu à Mexico et ils m’ont appris à produire de la musique électronique. J’ai tout de suite accroché avec le son de Daft Punk, la première que je suis allé en club j’avais 13 ans et j’ai été tellement fasciné par le son de l’album Homework de Daft Punk. Ça a été une grande influence pour moi.
Bien sûr je dois aussi citer Paul Johnson, Armand Van Helden et tous les producteurs de l’époque.

Well I started djing like 8 years ago, playing at some friends parties in my city and in my country. I was also throwing parties with friends cause nobody was doing it in my city and someone had too. Then when I was in college, I studied mass media and I got a degree on that.
So in my radio production classes my teachers were DJs/producers from a famous collective in Mexico and they taught me how to produce electronic music. I was hooked with the sound of Daft Punk from the beginning, the first time I went to a club I was 13 years old and I was so amazed with the sound of Daft Punk’s Homework Album. That was a big influence for me.
For sure I gotta mention Paul Johnson, Armand Van Helden and all these producers at that time.

B: Est- ce que tu te souviens de la première fois où tu as joué devant un public ?

Do you remember the first time you ever played in front of an audience?

S: Ouais, c’était il y a environ 8 ans ou plus. C’était à un petit festival dans ma ville et tous mes potes étaient venus me voir jouer. J’avais l’impression de m’en être plutôt bien sorti mais bon je sais pas trop, peut-être qu’ils étaient juste venus me soutenir et m’applaudir.

Yeah, it was like 8 years ago or more. It was at a small festival in my city, all my friends came to see me. I felt I did it good, but I don’t know maybe they just wanted to support me and give me an applause.

B: Comment te prépares-tu pour un set , as-tu un quelconque rituel?

How do you prepare yourself before a set, do you have some king of ritual?

S: Ben oui, il faut que je sois dans l’humeur. Je ne eux pas juste sortir du lit et me mettre à jouer. DU coup j’aime bien être à la soirée depuis le début pour ressentir l’atmosphère, parler avec des gens, faire quelques shots, et si c’est possible boire un verre de mezcal (boisson alcoolisée) pour ne pas être trop stressé quand je joue, ce qui est plutôt difficile la plupart du temps.
Avant de sortir, je regarde ce que j’ai de nouveau au niveau musical, comment j’aimerai me présenter et bien sûr j’ai une idée de ce que je vais faire, mais ça dépend carrément de l’ambiance et du ressenti de la soirée. 

Well yea, I like to be in the mood. I can’t just jump out of the bed and play. So I like to be at the party from the beginning to feel the vibe, chat with people, have some shots, if it’s possible mescal to get in the mood and try to not being nervous when Im playing, which is kind of difficult always.
Before going out, I see what I have that’s new musically speaking, what I would like to present of myself and for sure I know where I may be going but it totally depends on the vibe and the empathy with the party.

B: Que penses-tu de la scène house parisienne ces dernières années?

How do you feel about the Paris house scene these past few years?

S: Pour moi Paris c’est vraiment une ville spéciale. C’est un peu devenu ma seconde maison. Je trouve qu’il y a une combinaison parfaite d’énergie, de gens, d’endroits, de structures et bien sût de goûts musicaux. Pour moi c’est devenu la capitale de la house music, je connais beaucoup de producteurs qui sont venus s’y installer pour ces raisons.
Le mieux c’est la scène house underground, je vois beaucoup de producteurs américains et européens qui ne jouent pas dans leurs villes, ou peut être que c’est parce qu’ils n’y sont pas réellement appréciés, et qui du coup sont toujours en train de bouger sur Paris. Peut-être que moi aussi je vais devoir m’y mettre. Il y a ce goût pour l’underground, classy, jazzy et bien sûr sans oublier la touche française.

Paris for me is so special. I think of it as a second home. It has a perfect combination of energy, people, places, structure and of course music taste. For me now it is the capital of house music, I know a lot of producers that moved to Paris because of that.
The underground house music scene is the best, I see a lot of American producers and European that they don’t play that often in their cities, or maybe they are not that appreciated, so they are always in movement in Paris. Maybe at some point I will need to do that too. It has that taste of underground, classy, jazzy and of course let’s not forget a french touch. 

B: Tu es donc né au Mexique, as-tu déjà eu l’occasion d’y jouer ? Et la scène house là-bas ?

So you were born in Mexico, did you ever get the chance to play there? What about the house scene over there?

S: Oui ma ville s’appelle Aguascalientes et je n’y joue jamais seulement si je trouve un bon endroit ou une bonne soirée. C’est assez compliqué pour moi de jouer dans mon pays. La ville ou je joue le plus c’est bien sûr Mexico City et quelques autres villes qui maintenant aiment mon son, peut-être même plus souvent maintenant depuis certains évènements. Au Mexique on entend de plus en plus de sons venant de No.19, Life and Death et de Hot Waves ça c’est sûr.
C’est pourquoi que j’suis super emballée quand l’été arrive parce que ça veut dire que c’est le moment d’aller sur Paris, Berlin et en Europe en général.

Yes, my city is called Aguascalientes, and I never play in my city, only when I find a good venue or party. It’s kind of difficult for me to play in my country. The city where I play the most is Mexico City of course and some others that are now digging my sound, maybe now more and more because of some highlights. In Mexico you can hear more No.19, Life and Death, Hot Waves sounds for sure. That’s why I’m so excited when summer’s here, cause it’s the time to go to Paris, Berlin and Europe in general. 

B: Ça fait quoi d’avoir des artistes comme Ricardo Villalobos qui jouent tes tracks?

How does it feel to have artists such as Ricardo Villalobos playing your tracks?

S: C’est super comme sensation, pour moi c’est le mec à suivre, tout ce qui gravite autour de Ricardo est un succès. Djs, producteurs et musiques. Alors quand j’ai entendu Ricardo jouer ma musique j’ai eu l’impression d’avoir gagné quelque chose. Et si Ricardo le fait, alors pleins de gens aussi vont s’y mettre parce que c’est lui qui ramène toujours des tracks sur scène et qui fait bouger les choses. J’ai vraiment eu de la chance.

Well is a great feeling, for me he is like the main guy in this game, whatever is around Ricardo is something that is succesfull. Djs, producers and music. So when I heard Ricardo was playing my music I felt like I won something. And if Ricardo plays it, a lot of people is gonna play it, cause is one of the guys that is always pulling tracks to the scene and set them in movement. I was so lucky. 

B: Si tu pouvais te produire dans un lieu de ton choix, ce serait lequel ?

If you could play anywhere, where would that be ?

S: Un de mes objectifs serait de jouer à la Fabric ou au Panorama Bar un de ces quatre. Mais si je devais voyager quelque part avec ma musique ce serait Tokyo, Tel Aviv, Capetown, Sydney, Hong Kong, Dubai ou à Mamaia. Mais je suis toujours super content de jouer sur Paris, définitivement ma ville préférée, c’est là qu’il faut être quand t’es producteur de house music.

Well one of my goals is playing at the Fabric or Panorama Bar someday. But if I would like to travel some place with my music it would be Tokyo, Tel Aviv, Capetown, Sydney, Hong Kong, Dubai or Mamaia. But Im always happy to play in Paris, my favourite city for sure. it’s the place to be for a house music producer.

 
B: Es-tu déjà prêt pour ton set au Glazart le 8 juillet prochain?

Have you already prepared your set for the event at the Glazart on the 8th of July?

S: Ben en fait j’me suis pas plus préparé que ça. Je préfère qu’il y ait de la spontanéité dans mon mix, quelque chose de naturel. Je sais ce que j’ai envie de jouer, j’ai un EP qui va sortir sur Housewax (ici) et sur d’autres labels qui ne sont pas encore confirmés à 100%.
En tout cas ce qui est sûr c’est que je vais jouer mon nouvel EP, j’vais essayer des nouvelles tracks ou des nouveaux remixes que je viens de terminer and je verrai comment se déroule la soirée, ça dépend des gens, de l’humeur, de la nuit, du temps et de l’ambiance.
Juste pour terminer, merci pour la visibilité, j’apprécie vraiment. Je suis super content d’être de retour sur Paris.
Et j’espère voir tout le monde sur le dancefloor.
Let’s have fun !

Well, I’m not that much prepared. I prefer to do some spontaneous things, something natural. I know what I want to play, I have a forthcoming EP on Housewax, (here)and some other labels that are not confirmed 100% yet.
For sure I’m gonna play my new EP, gonna try new tracks or remixes that I just finished and l’ll see how the vibe goes, it depends on the people, the mood, the night, the weather and the vibe.
Just to finish, thanks for the space and the exposure, I really appreciate it. So happy to be back in Paris. And hoping to see everyone on the dancefloor. 

Let’s have fun!

Previous PLAGEBPM BY NEWTRACK, ROUND 2 - LE GLAZART - 11/07
Next BERLINONS PARIS - LE RETOUR

About author

You might also like

Électro 0 Comments

BROMANCE SUMMER TAPE by LOUISAHHH!!!

Louisahhh!!!, à prononcer avec un gros râle, un peu comme si elle te choppait par les couilles, et y’a de quoi! Une belle gueule, une image solide de femme fatale

Musique 0 Comments

December Podcast by Modig

C’est le rendez-vous habituel de chaque fin de mois pour découvrir des artistes talentueux. C’est avec Modig, que nous continuons notre concept 1mois, 1dj, 1 interview. Enjoy ! ////FR///// Salut Modig, merci de

Musique 0 Comments

POUVOIR MAGIQUE – CLIP « ECLIPSE »

Après la claque auditive, la claque visuelle ! A l’image de l’univers de Pouvoir Magique, le clip réalisé par Clément Vincent, mêle images hallucinées et afro futurisme. Une très belle