Tous tatoués? Presque.

Tous tatoués? Presque.

821507911_800x533_cr

L’expo « Tatoueurs tatoués » au musée du quai Branly s’est ouverte depuis le 6 mai et prendra fin le 18 octobre, l’occasion pour Beat à l’air de revenir sur cette expo piquante à plus d’un titre et sur le phénomène mondial du tatouage en général.

L’expo retrace le tatouage comme une frise historique et culturelle, on commence par l’apparition historique et primitive du tatouage jusqu’à nos jours en passant par les grands maîtres à travers le globe qui ont élevé le tatouage au rang d’art à part entière.

L’expo est riche en superbes photos, et explique bien l’évolution culturelle et sociétale qu’a connue le tatouage, de plus la deuxième parti de l’expo est décomposé en plusieurs parties, chacune représente une région et un style de tatouage différents (japonais, chinois, polynésiens, thaïlandais …), un véritable tour d’horizon de la planète tatouage.

ferf IMG_4854 copie

Seul bémol, les parties sont de niveaux et d’intérêt variant, la partie japonaise est juste folle, avec des estampes d’époques et des photos superbes sur les réalisations de grands maîtres comme Horitishi alors que la partie « tribale » polynésienne, maorie ect … traine un peu en longueur malheureusement, quant au tatouage « Chicanos » il est expédié avec 3 photos de Maras seulement ce qui est regrettable tant le tatouage « Chicanos » est riche et varié dans ses formes.

g IMG_4850 copie

IMG_4859 copieIMG_4858 copie

Une exposition très bonne tout de même dans l’ensemble, et très instructive, qui résume bien l’évolution qu’a connue le tatouage à travers le temps et le monde et qui démocratise un peu plus le tatouage en le rendant accessible et intéressant pour tous surtout qu’aujourd’hui le tatouage et les tatoués sont aussi courant que les gens perchés dans les étoiles en soirées ou les préventes à 30€.

Le tatouage, Effet de mode ou vrai rite générationnel ?

Bon disons le tout de suite, la suite de cet article n’est pas un énième épisode en mode reportage NRJ12 : « le tatouage : « la tendance des stars » », il a seulement pour but de constater ce que vous avez tous remarqué je pense, la recrudescence des tatouages sur la faune qui peuple les soirées de Paname.
Tout d’abord loin de moi l’idée de porter un jugement négatif sur les tatoués d’ailleurs je le suis moi-même et chez Beat à l’air peu ne sont pas encore passé sous des aiguilles, deuxièmement je ne jugerai pas le caractère esthétique/artistique ou réussi de certain tatouages car je pense que chacun à ses raisons et des significations qui lui sont propre, et puis d’ailleurs si Kévin veut se faire tatouer son prénom en lettre majuscule gothique sur l’avant-bras ou si Cindy veut se faire un papillon tribal dans le bas du dos, nous sommes dans un pays libre, beauf certes, mais libre!

Alors ? Effet de mode ou vrai rite générationnel ?
Perso je m’en fous un peu de ces questions de psychologue sociétale pourri digne de Karine Grandval la psy de confessions intimes, je pense que la démocratisation du tattoo à entraîné une dédramatisation et la fin de l’éternelle question :
« tu vas l’assumer dans 20 ans ? ».
On veut du beau tout de suite, « porter une œuvre d’art ou en être une » disait Oscar Wilde.

Le tatouage est devenu autant esthétique si ce n’est plus, que véritablement symbolique la preuve on l’expose en musée.
Je pense que le tatouage va au-delà d’une simple tendance, certes il faut avouer tout de même que les motifs ou le choix du tattoo quant à lui souffrent comme pour tout d’effet de mode.
La mode reflète notre génération et la société dans laquelle nous évoluons c’est-à-dire individualiste et avec un fort besoin de reconnaissance, que ce soit en matière de sneakers ou de tatouages, tous veulent se différencier et exprimer leurs personnalités au travers d’accessoires « uniques » ou rares. Le besoin d’affirmer sa personnalité est plutôt sain et normal, de plus je pense qu’il participe à une émancipation créative et stylistique.

Nous sommes en plein dans la vague déferlante du tattoo, une vague qui entraîne masse d’escroc ou de pseudo artiste tatoueur dans son sillage, car si le tattoo est très demandé le nombre de vrais bons tatoueurs sérieux quant à lui n’a pas varié donc choisissez bien celui qui vous piquera à vie car un tatouage reste malgré tout un acte fort.
Cette tendance du « tous tatoués » va je pense se calmer avec le temps, car forcement la popularisation à l’extrême va entraîner un effet :
« je ne veux pas être tatoué comme tout le monde ».
En attendant notre génération va être une belle génération de vieillards et de mamies bariolées de motifs, j’ai hâte de voir ça, il va être beau le public des chiffres et des lettres dans 50 ans ….

« Tatoueurs Tatoués » Musée du quai branly jusqu’au 18 octobre 2014

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/tatoueurs.html

Previous MATIERE BRUTE #1 - Divan du Monde - 24.05
Next [BP] #14 - Tag Und Nacht // RAPPEL (7H00 - 00H00) // 28.09.14

About author

You might also like

Culture 0 Comments

DIMENSIONS FESTIVAL 2015 – OPENING CONCERT

À chaque édition, Dimensions amorce son envolée dans la fameuse arène romaine de Pula en Croatie. Concert d’ouverture oblige pour tout Dimensonnien venu apprécier et s’immerger dans ce festival anglo-saxon.

Culture 0 Comments

HUNTER/GAME – SPREICHER 83

Hunter/Game… Non, on ne va pas vous parler de Hunger Games, cette série de films survivalistes inspirés de bouquins. Hunger/Game est un projet mené par un duo italien basé entre

Tealer – Editorial Exclusif par le photographe Michael Luppi

La marque parisienne Tealer s’affirme une nouvelle fois comme une actrice incontournable de la scène streetwear française et européenne avec cet éditorial réalisé par Michael Luppi. Le photographe – connu