VARG – URSVIKEN LP

VARG – URSVIKEN LP

vard ursviken beat a lair
Le froid. Le givre.
Le vent, qui souffle inlassablement sur les plaines désolées.

Le suédois Jonas Ronnberg, alias Varg, revient scander ses contes scandinaves avec Ursviken, son deuxième album sur Northern Electronics.

Un deuxième album seulement, mais gare. S’il parait discret, le producteur viking est incroyablement prolifique.

Depuis un an, nos tympans ont pu se délecter d’un EP sur Semantica Records, ainsi que d’une myriade de collaborations avec d’autres guerriers nordiques tels que Abdulla Rashim (pour le duo Ulwhednar), Michel Isorinne (la formation ambient D.Å.R.F.D.H.S.), mais aussi Hypnobirds et Vanity Productions.
Des remixes aussi, dont la tribale interprétation de Sunken Mosque de Fishermen, sur Skudge Records.

Acid, industrial, dub techno, ambient. Varg ne cloisonne pas sa musique, qu’on reconnaît pourtant d’emblée. Entièrement produite avec de vieilles machines, le plus souvent enregistrée en live, elle est un parfait alliage de textures apparemment opposées.

Le morceau d’ouverture, Ursviken, dévoile lentement ce perpétuel oxymore sonore. Les nappes de synthé se propagent, langoureuses, mais progressivement saturées, et cette brume qui s’installe se trouve minutieusement ponctuée de rares tintements des percussions analogiques.
Le long prélude s’achevant, le vent se lève avec Skaeliptom. Mélancolie et puissance vont peu à peu s’enchevêtrer jusqu’à l’extase, grâce à une rythmique qui se complexifie à mesure qu’une bourrasque acide souffle son râle glacial.

L’ambiance désormais bien installée monte de plus belle avec Asocial 46 (mention spéciale à ces drums – mon dieu !) jusqu’au culminant Vitberget. On est comme parvenus au sommet, après une éprouvante ascension. Le froid devient brulant.

Et tandis que les basses assourdissantes s’estompent, la rudesse de l’hiver revient. Une suite de tracks ambient, qui sera perturbée par les tambours et les pépiements d’oiseaux métalliques de Raggarsvin.

Varg nous offre une pause avec Ohs. On hésite : est-ce la fin ?
Le repos éternel attendra. Le coup de grâce est asséné avec Agnatan 24, dans une tempête de percussions filtrées avec une maitrise absolue.

Le voyage prend fin. Comme à l’accoutumée, la performance de Varg se démarque tant par sa prouesse technique que par le flot d’émotions qui jaillit du paysage qu’il nous décrit. La Suède, le nord, les fjords vus par un impressionniste.

Un autre voyage vers les cimes enneigées est prévu d’ici fin mai, a annoncé Northern Electronics. Les commandes seront confiées à Acronym, compagnon d’armes de Varg.

Previous Dure Vie Family - Le Malibv - 09.05.15
Next BERLIN FESTIVAL 2015 - 29,30,31 MAI

About author

You might also like

Musique 0 Comments

TERENCE FIXMER – DEPTH CHARGED LP

Le talentueux Lillois Terence Fixmer, producteur effréné et travailleur assidu sort le 23 février un nouvel album sur le label allemand de Chris Liebling, CLR. Son premier album sorti en

Électro 0 Comments

Kobain – Temporary Secretary

[divider type= »standard » text= »Go to top » width= »1/1″ el_position= »first last »] [codesnippet pb_margin_bottom= »yes » width= »1/1″ el_position= »first last »] [/codesnippet] Facebook Twitter Google+ Pinterest

Musique 0 Comments

LABEL O’ SCOPE #1 – WHITE MATERIAL : DE L’USINE AU DANCEFLOOR !

LABEL O’SCOPE: Une fois par mois, Beat à l’air vous emmène à la découverte d’un label coup de coeur: focus et playlist à la clef !   New York est