CHARGEMENT

Type à Chercher

WE LOVE, LE FESTIVAL SUPER GREEN 

Partager

Il y’a deux semaines, squattait au Bois de Vincennes le festival le plus écolo de la capitale. Le festival We Love Green, c’est 11 éditions, une programmation riche et éclectique (cette année tu passais de IAMDDB à Charlotte Gainsbourg en une « fraction » de seconde) et qui attire jusqu’à 60 000 personnes.


Première année que j’y allais, en tant que bénévole : de 1 parce que ça me permettait de ne pas dépenser 55 euros, et aussi pour mener l’enquête. Parce que, We Love Green se dit festival écolo, « dont l’objectif est de sensibiliser l’opinion (…), modifier les comportements et participer à un mouvement de fond auquel tout citoyen peut collaborer ». Il fallait qu’on vérifie ça. Alors on n’avait pas de loupe ni le matériel forcément adéquat, mais l’appareil photo de l’iPhone et notre curiosité naturelle (maladive ?) ont fait l’affaire !


Photo : Facebook 

WE LOVE GREEN, anti-gaspi de l’eau 

C’était l’une des questions auxquelles je voulais répondre : sous 25 degrés en plein cagnard, les festivaliers ont tendance à boire/gaspiller beaucoup d’eau. Normal quand on sait que le festival propose très peu de zones d’ombre…  Mais des mesures nécessaires ont été prises : déjà en tant que bénévole, il nous a été recommandé d’ « apporter notre propre gourde », et non une bouteille d’eau. C’est déjà un bon point. Bien évidemment, je n’ai pas lu le mail à fond, des choses à faire avant le festival et résultat : pas de gourde pour moi ! Mais, surprise, à l’entrée du festival, l’association CRIPS (Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes) donnait un tote bag avec une gourde dedans.

En allant faire un tour au niveau des bars, je me suis rendue compte qu’on y vendait de l’eau, mais avec une consigne. Du coup je me suis un peu renseignée : si la bouteille d’eau est à 1 euro plus chère, c’est pour inciter les festivaliers à venir rendre la bouteille vide afin de récupérer leur argent, et de ne pas la laisser « traîner partout », m’a confié une des bénévoles. 

Autre truc sympa : les robinets mis à disposition des festivaliers ; si tu ne continues pas à appuyer sur le bouton, l’eau ne coule pas, donc n’est pas gaspillée !

Aussi, afin de limiter la consommation d’eau, et de produits chimiques, le festival est équipé à 100% de toilettes sèches, fournies par Gink’oop. 

Photo : Facebook 

Il y avait quand même un petit hic : le brumisateur. Pas du tout anti-gaspi, mais, si on prend en compte le fait qu’il n’y en avait qu’un seul et que c’était plus que nécessaire sous un temps pareil, je ne pousserais pas une gueulante. Surtout qu’il m’a bien servi à moi aussi…

WE LOVE GREEN, une restauration responsable 

Première fois de ma vie en festival que je suis aussi enthousiaste à l’idée d’y manger ! Falafels vegan, burgers bio, glaces sans lactose, bref, les stands donnaient VRAIMENT envie. Il était écrit sur le site We Love Green, que les invendus de ces deux jours seraient reversés à des associations caritatives à proximité. On est allées se renseigner et, après une ou deux tentatives échouées, on a fini par parler avec l’une des responsables des food trucks, qui nous a certifié que l’information était vraie, à une chose près : les restaurateurs ne sont pas obligés de le faire s’ils préfèrent garder leurs invendus pour leur propre restaurant. 

Deuxième chose cool : pas de sodas en vente ! A la place, des thés et jus bio.

Troisième chose cool : Freegan Pony, qui propose des plats faits avec les invendus du Marché de Rungis avait même un stand.

Petit hic : une des marques partenaires avec le festival, les jus Honest, vient de se faire racheter par Coca Cola 

Photo : Welovegreen.fr

WE LOVE GREEN, en mode « zéro » déchet 

C’était dans leur charte green : recycler, réutiliser, réduire. Jamais vu un sol aussi propre à un festival ! Très peu de mégots de cigarettes (des cendriers de poche étaient donnés à l’entrée) et de déchets. Les bénévoles « green » aidant énormément, mais pas que : des poubelles à disposition, incitant également à faire le tri, de la vaisselle 100% compostable et recyclée, des tables et chaises entièrement en palettes, interdiction aux pépinières de donner des prospectus au risque qu’ils se retrouvent par terre, récupération de la paille par le Zoo du Bois de Vincennes… Tout a été pensé.


Preuves à l’appui

Même le stand We Pique Nique proposait de se faire une partie de baby foot entièrement en carton.

Le must : la collecte de mégots, envoyé dans la première usine française de dépollution des cigarettes, où elles sont traitées et recyclées.

 

 

 

Vu au festival : The Cigarette Surfboard, planche de surf fonctionnelle à partir de déchets : 10 000 mégots de cigarettes, trouvées sur les plages californiennes, ont été utilisées.

 

 

 

 

 

 

D’autres éléments manquent, mais il était difficile de les vérifier. Je peux vous dire qu’effectivement il y’avait bien des panneaux solaires qui fournissaient l’énergie nécessaire, et des camions frigorifiques partagés par les restaurants. Par contre coup de gueule : les goodies du festival, tels que les tee shirts, n’étaient pas en coton recyclés et provenait du Pakistan. Il y avait également une collab avec Tealer, qui, il me semble, n’est pas du tout écolo … 


Preuve à l’appui, second round

Aussi, le partenaire Naturalia, filière de Monoprix, qui n’affiche pas du 100% bio. L’enseigne proposait un stand de maquillage, il aurait été intéressant de leur demander si leurs produits étaient naturels, dommage. 

En bref, si je pensais écrire un article « choc » expliquant que le festival WE LOVE GREEN nous mentait, j’ai été agréablement surprise de voir qu’autant de choses avaient été mises en place. Pour une personne sensibilisée comme moi, ce fut une expérience super cool. Mais qu’en est-il des autres ? Je pense que beaucoup des festivaliers n’avaient pas conscience de tous les enjeux du festival, et n’étaient là que pour la musique. Dans tous les cas, j’y retournerai ; et j’espère vous y voir l’année prochaine ! 


Photo : Facebook 

Le site du Festival c’est par
Il y a aussi leur page Facebook

 

Merci à ma super copine Manon qui était autant enthousiaste que moi de jouer les détectives…

Tags:

Vous aimerez aussi

X