fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

Partager

viken arman beat à l'air

C’est le rendez-vous habituel de chaque 21 du mois pour découvrir de nouveaux artistes talentueux.

C’est avec Viken Arman que nous continuons notre concept 1mois, 1dj, 1 interview.
Une sixième édition caniculaire, groovy et mélodique à découvrir maintenant.

Enjoy ! 

 

Salut Viken, merci de répondre à nos questions ! Tu es déjà bien connu dans le milieu des connaisseurs, mais première question plutôt classique, pourrais-tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

Viken Arman : Hello ! Donc pour une rapide introduction, j’ai 22 ans et je suis musicien. J’ai suivi une formation piano pendant une petite dizaine d’année et je me suis ensuite tourné vers la musique assistée par ordinateur à l’âge de 13 ans. Je fais de la musique électronique, mais également de la musique de film, un peu d’orchestration, et je produis aussi beaucoup d’instrus Hip-Hop.

 

Nous t’avons découvert lors des soirées Minimal Trip au Pigallion, c’est toi le fondateur, peux tu nous expliquer un peu le concept ?

 VA : Minimal Trip est un projet à portée internationale, crée en 2009, que je drive avec 3 amis. Le but est de faire venir jouer des jeunes talents issus de la scène électronique étrangère pour leur première fois à Paris. On fait un focus sur un pays représenté par un artiste qu’on aura choisi avec soin, et la notion qui nous est chère c’est le LIVE. On veut du spectacle. C’est un projet merveilleux qui tisse des liens privilégiés avec des artistes aux 4 coins du monde. On tente vraiment de dénicher des pépites, et du coup ils sont toujours enchantés de se produire dans notre magnifique capitale. Paris, ça fait toujours rêver ! A chaque fois les artistes se défoncent pour nous offrir une superbe prestation scénique.

 

Vous avez décidé de passer un cap, et de faire les choses en grand en organisant votre premier OPEN SPACE FESTIVAL à Paris, vous préparez ça depuis quand? pourquoi au Petit Bain ?

VA : Exact ! On a voulu se faire plaisir avant tout sur ce coup ! Et c’est effectivement une manière de prendre un nouveau virage en terme d’organisation d’événements. On prépare ça depuis Septembre dernier. On a souhaité faire cet événement au Petit Bain car l’endroit était parfait pour notre concept (plusieurs espaces, une magnifique terrasse, une belle scène, etc) et surtout, le point qui m’est primordial: le soundsystem. J’ai rarement vu un soundsystem aussi performant, d’autant plus qu’on est sur un bateau ! Il y a une vraie équipe d’ingés son toute la nuit, c’est très pro. On se devait d’avoir un lieu et un staff sonore à la hauteur des artistes programmés. Dans l’esprit, il y avait un point qui me semblait important: je ne voulais pas spécialement organiser cet événement dans un club pur et dur, mais plutôt dans une salle de concert où règne l’éclectisme. Du coup, le Petit Bain c’était le compromis parfait. J’ai vraiment envie d’inscrire la musique électronique dans un vrai contexte, certes on fait la fête comme des dingues, mais tu as quand même une structure crédible pour accueillir un artiste en Live et apprécier ce dernier à sa juste valeur !

 

Le fait d’avoir la crème des meilleurs artistes du moment en LIVE, fait ce festival unique en son genre, est ce pour toi une nouvelle étape dans les soirées parisiennes ?

VA : Oui bien sur ! Et à tous les niveaux ! Pour moi personnellement comme pour le public qui suit Minimal Trip à la base ! J’espère vraiment que les gens comprennent notre démarche. Je pense sincèrement qu’en terme de line up et d’état d’esprit, on arrive peu à peu à se démarquer des grosses soirées “usines”… On veut de la musique, de beaux lives et une bonne ambiance familiale avant tout. On a toujours fonctionné comme ça finalement, alors pourquoi ça changerait ? Car on ramène Stimming ? Non, ça serait stupide et sans intérêt car ces méthodes contribuent également à notre démarcation !

 

Revenons un peu sur toi Viken, tu as fais une très bonne sortie sur le label Délicieuse Records ( Addiction et Nostalgie ) en Mars 2013, un mélange très groovy alliant vocal, mélodie, violon et piano à la perfection. Comment s’est passée la rencontre avec Délicieuse ? c’est un peu cette sortie qui t’a fait connaître du grand public ? As tu d’autres projets avec eux ?

VA : Yes ! C’est clairement ce premier EP qui m’a fait connaître ! En fait, la petite histoire avec Délicieuse est toute bête. Quand j’ai commencé à organiser les soirées Minimal Trip, Délicieuse Musique en a été l’un des premiers partenaires. Ca c’était pour le premier contact. Ensuite, par pur hasard, je leur ai balancé mes quelques productions en cours, ils ont tout de suite accrochés et puis les projets se sont enchainés. On est très vite devenu une belle bande de potes. J’ai encore pas mal de projets avec eux, dont un projet Hip-Hop, une grosse surprise se prépare à ce sujet ! Au delà de ça, je prépare un 2ème EP pour la rentrée, des remixs sur de belles releases, et surtout je passe beaucoup de temps à façonner mon premier album.

 

As tu une anecdote à nous raconter ?

VA : J’en ai plus d’une… Mais la dernière en date est avec Frivolous ! Ce gars est juste incroyable ! Lors de l’ouverture du festival Open Space, c’était un peu la course car nos artistes arrivaient tardivement, du coup on a fait les tests sons de façon assez précipité. Je jouais juste avant Frivolous, et j’avais pas eu le temps de faire mes balances, ni rien… Vers 2h je commence mon Live, et là grosse angoisse, il y a un fond de larsen, un son plutôt crade, l’horreur ! Et qui je vois débarquer pour m’aider ? Notre ami canadien ! Depuis les loges, il a entendu qu’il se passait un truc bizarre alors le mec est tout de suite venu me filer un coup de main. Il a tout pris en charge, il courrait voir l’ingé son pour lui donner ses indications, il gérait tout sur la table de mixage, il me rassurait pour que je reste concentré sur mon Live. Il a tout assuré, en 5 minutes c’était réglé. Et à la fin de mon set, je le vois monter sur scène, trifouiller son synthé et là s’enchaine une improvisation de folie. J’ai balancé un beat, une mélodie, et on est parti dans un trip de fou furieux, tous deux sur nos machines, c’était juste énorme ! Un grand moment !

 

Quelle était selon toi la meilleure soirée du début d’année 2013 ?

VA : Bizarrement, je ne suis pas quelqu’un qui sort beaucoup… Mais pour moi la meilleure soirée que j’ai passé en ce début d’année est sans doute ma release party au Social Club avec Acid Pauli et Tube & Berger. C’était ma première dans ce club, et j’ai tout simplement adoré ! J’ai pu faire un Live sans retenue, en toute liberté, c’était top ! Le public était bouillant ! Ca a aussi été l’occasion de rencontrer l’une de mes idoles: Martin Gretschmann alias Acid Pauli. Il est extraordinaire. Musicalement c’est une bombe. Humainement c’est une crème. Ce soir là il avait fait un set de taré. Rien à dire. Très belle soirée !

 

Quel est l’artiste qui t’influence le plus dans ta musique ?

VA : Il y en a beaucoup ! Très difficile, voir impossible de répondre à cette question car c’est inconscient je pense. J’aurai envie de dire Nicolas Jaar, pour ce qu’il représente, son état d’esprit, sa musique. Mais ça reste délicat, j’écoute tellement de choses, autre que de la musique électronique, que ça ne m’est vraiment pas possible de me réduire à un seul centre d’influence.

 

Pour toi quel est le meilleur DJ actuel ?

VA : David Guetta (rires)

Encore une question piège ! Dans ce milieu, personne n’est le meilleur. Chacun est bon dans ce qu’il fait.

Si tu veux un nom qui me hante pas mal ces temps ci: NU.

 

C’est quoi la vie de Viken Arman, quand il ne mix pas ?

VA : Il essaye de trouver le sommeil.

 

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour tes futurs projets ?

VA : De la réussite certes, mais surtout de ne pas m’écarter de ma ligne directrice, de ne pas tomber dans les pièges de l’industrie musicale ! Je veux pouvoir continuer à faire ce que je veux quand je veux, sans aucune limite…

 

 

Tags:
X