fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

RAVING IRAN – LA PASSION CONTRE L’OPPRESSION

Partager

” Au lendemain d’une fête organisée en plein désert, la tête remplie d’étoiles, Annosh et Arash, deux jeunes Dj’s Iranien, désirent poursuivre leur rêve. Fatigués de lutter contre les autorités en manque d’ouverture artistique, ils décident de diffuser leur musique dans un Téhéran en pleine mutation. Leur House plait et suscite l’engouement d’un public en quête de liberté. L’intolérance du gouvernement va mener Anoosh jusqu’en prison.

Invités à jouer en Suisse pour un festival unique en son genre, les deux artistes décident de prendre leur destin en main. Soutenu par leur famille, ils choisissent de vivre de leur passion.

Actuellement, ils vivent dans un camp de réfugié en Suisse.”

Un film documentaire poignant, une pure merveille… Réalisé dans des conditions très difficiles, dans un pays où la musique occidentale est interdite à la radio comme à la télévision, la réalisatrice Susanne Regina Meures avoue avoir tourné illégalement et parfois même avec son iphone !

A savoir que le statut de la musique en Iran reste à ce jour très ambigu, dans le sens où cette forme d’art est tantôt rejetée, tantôt encouragée par les instances officielles. Le manque de constance dans le soutien financier et par les organismes culturels ne paralyse pas pour autant la musique iranienne puisqu’elle vit, malgré cela, la période la plus dynamique et la plus riche de son histoire. Fort de cette volonté de s’épanouir, si les iraniens ont pu rencontrer auparavant des difficultés à travers l’absence de formation musicale dans le pays (de la primaire à l’enseignement supérieur), il s’avère en effet que la société iranienne manifeste l’envie et le besoin de professionnalisation et de spécialisation en matière musicale.

raving iran 2 beat a lair

Concernant les courants influencés par la musique occidentale moderne, la clandestinité n’empêche pas non plus les artistes de participer à son développement malgré les risques et les difficultés. Les organismes concernés ont certes du mal à trouver la motivation, les moyens budgétaires et humains pour valoriser les activités musicales en Iran. Mais pour autant, on retrouve une volonté certaine de se démarquer, de s’affirmer vers le pluralisme et la diversité. Raving Iran parle de cette persévérance, de cette quête de reconnaissance et de liberté portée par une génération passionnée et pleine d’espoir.

Ce n’est pas la première fois que le cinéma traite de la difficulté de s’épanouir musicalement en Iran. Rappelons-nous par exemple Les Chats Persans réalisé par Bahman Ghobadi, sorti en 2009. Dans ce film de fiction, deux jeunes musiciens sortent de prison et tentent de convaincre d’autres musiciens de quitter le pays afin de sortir de la clandestinité et d’enfin pouvoir jouer en Europe. De la même manière que pour Raving Iran, le tournage se fit clandestinement, sans autorisations et fut éprouvant. Lorsque le réalisateur se lança à la recherche de cette jeunesse, il prit conscience que leur musique, bien que cachée, n’allait pas pour autant disparaitre. Et qu’il était nécessaire d’en parler, de pointer du doigt les risques encourus par ces jeunes simplement parce qu’ils sont amoureux de la musique et joue d’un instrument.

raving iran beat a lair

Plus récemment, c’est le documentaire No Land’s Song que l’on a retrouvé sur nos écrans en mars dernier. Réalisé par Ayat Najafi, le film est qualifié comme un hymne féministe à la liberté et à la musique en Iran. La réalisatrice aborde dans son film l’interdiction des femmes de chanter en public depuis la révolution de 1979, sous peine d’être emprisonnées. « Un interdit arbitraire qui a poussé la compositrice Sara Najafi à organiser en 2013 un concert de chanteuses à Téhéran. Le documentaire No Land’s Song, aujourd’hui (encore) en salle, retrace son combat. » Najafi explique alors à TV5 Monde tout son désir de montrer la censure de l’intérieur et en même temps de la combattre.

Secrètement, la musique s’élève et les caméras se redressent pour capturer et partager ses instants. Les artistes se soulèvent et se soutiennent, et c’est cette énergie contestataire que l’on retrouve aussi dans le documentaire de Susanne Regina Meures.

Le film n’a pas de date de sortie précise, mais il est programmé dans plusieurs festivals européens. Suite au succès et à l’engouement qu’il a reçu en Suisse, sa sortie ne saurait tarder en France.

RAVING IRAN Trailer (facebook.com/RavingIran; www.ravingiran.com) from Christian Frei on Vimeo.


Prochaines diffusions:

05 -15th May DOK.fest Munich
12 - 18th May Bel Docs, Belgrade
26 - 1st June Iranian Film Festival, Zurich
29 - 5th June Krakow Film Festival
02 - 12th June Encounters, South African International Documentary Festival
10 - 20th June Biografilm Festival, Bologna
14 - 3rd July Hot Docs at Palace, Melbourne / Sydney / Canberra

                           

FRED M & MARIN DODOUCE.

Tags:
X