fbpx
CHARGEMENT

Type à Chercher

[REPORT] SNTWN – LIVE ACTS #2 – LA MACHINE DU MOULIN ROUGE

Partager

 

LIVE ACTS II LA MACHINE BEATALAIR

 

Ce n’est pas sans joie qu’au crépuscule de décembre les amateurs de techno pure et dure ont vu poindre à l’horizon de leur timeline les couleurs désormais bien connues du pavillon Sonotown. Un flyer architectural au design épuré pour annoncer le line up fracassant du deuxième épisode de la trilogie LIVE ACTS. L’occasion rêvée de voir balancer ensemble, en une soirée froide et implacable, le commando d’élite des docteurs en technosophie – la fine fleur du bpm de l’hexagone.

 

LIVE ACTS II 2

 

Une fois n’est pas coutume, c’est dans l’antre de la Machine (quartier général de Sonotown) que les festivités ont attiré la foule d’avertis venue vibrer jusqu’au petit jour – l’ordre de passage gravé sur l’avant-bras.

 

Depuis l’escalier principal, un amalgame de caboches branlantes secoué par la vague d’énergie infernale qui a porté la soirée de bout en bout.

 

A l’intérieur, une masse informe et diffuse qui pulsait avec frénésie.

 

Un dj set, cinq lives et peu de temps mort.

 

LIVE ACTS II 3

 

Lancée à vive allure par le set de Weirdd et le live de Dead Rec Heads & Vauban, le rythme de la soirée a été quelque peu ralenti par la performance agressive et rugueuse d’un Low Jack sans concession pour les danseurs. Si toutefois son ambition, comme l’indique sa bio, est bien de travailler « l’ambivalence entre une musique dancefloor à sensations fortes, et des formats plutôt tournés vers l’expérimentation et l’émotion » et de traiter « la musique de club comme un challenge permanent », force est de constater que le pari est réussi.

 

LIVE ACTS II LA MACHINE BEATALAIR 4

 

LIVE ACTS II LA MACHINE BEATALAIR 5

 

La bonne surprise (en était-ce vraiment une ?) de cette soirée, c’est Tropical Agitation – un paquet de lignes convulsives saupoudrées d’acid qui s’est fondu dans la soirée comme un Bublizz dans la salive. Ca pique la langue, ça secoue les papilles et ça fait délicieusement monter les genoux. Moi qui, connaissant les velléités noisies de l’américain Svengalisghost, craignais une deuxième heure de violence infligée à la piste, j’ai été bluffé par l’énergie dégagée de la communion des deux artistes. Et pourtant, en dépit d’une prestation excellente de la paire Ghost/Voiski, c’est bien Zadig qui s’est révélé être l’homme du match. Peut-être moins attendu que Low Jack ou Polar Inertia, le papa de l’implacable et martial Construct Re-Form a coupé plus d’un souffle. Créant la surprise et profitant d’une plage horaire propice à l’exaltation, Zadig a littéralement envoyé le public dans les cordes. Les coups d’oeil sidérés échangés par les danseurs entre 4h et 5h sont les meilleurs témoins de cette réussite indiscutable. J’aimerais pouvoir en dire plus mais malheureusement, laissé pantois par la prouesse, j’en ai oublié et mes notes et mes émotions. Aussi ne reste-t-il plus de ce live qu’un méli-mélo d’impressions contigües dont seul le souvenir d’un plaisir exquis parvient à se distinguer.

 

LIVE ACTS II LA MACHINE BEATALAIR6

 

LIVE ACTS II LA MACHINE BEATALAIR7

 

LIVE ACTS II LA MACHINE BEATALAIR 8

 

On raconte sur la toile que les lives ont tous été enregistrés. Nul besoin d’en rajouter. Il ne reste plus désormais qu’à souffrir l’attente fébrile nous séparant de leur mise en ligne et d’alimenter patiemment nos cartes bleues en attendant le troisième acte.

 

Timetable :

 

23h – Weirdd

01h – Dead Rec Heads & Vauban

02h – Low Jack

03h – Tropical Agitation

04h – Zadig

05h – Pola Inertia

 

Photographies : Brieuc Weulersse

Alexis Beaulieu

Tags:
X